Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 juillet 2010

252. Quatre minutes de fraîcheur


podcast
Chaumont 380a.jpg
Chaumont 382a.jpg

Permettez-moi de vous offrir ces quelques minutes de fraîcheur, rapportées de Chaumont-sur-Loire où je suis allée découvrir  aujourd'hui  -en compagnie de Julie, Olivier et Louisette- ce que nous réserve Le festival des jardins pour l'édition 2010. Le thème choisi cette année est : Corps et âme.

Chaumont 384a.jpg
Chaumont 386a.jpg

Dans les jours et semaines qui viennent, je vais donc avoir l'occasion de vous présenter ces jardins, ainsi qu'une très belle expostion d'artistes locaux qui se tenait dimanche dernier dans le village de Crissay-sur-Manse.   

Ça me fait du pain sur la planche, comme dirait monsieur Vilain, qui rajouterait sûrement :

Chaumont 148a.jpg

Son jardin nous réserve bien des surprises ! Mais chut, patience ... 

jeudi, 24 juin 2010

237. Intermède

Dimanche matin, j'avais sorti le pantalon d'hiver, le pull à col roulé , les chaussettes et les grosses chaussures pour faire une balade sur l'eau à Chenonceaux, à bord d'une toue, en compagnie de Christine et d'autres personnes. Le temps était froid et assez gris -comme mon humeur-.

Chenonceau 050a.jpg

Hier matin, balade dans la plaine de la Gloriette. Cette fois, le pantalon d'été était de rigueur ainsi que les sandales. Bon, on ne va pas s'en plaindre ! On attendait le beau temps depuis déjà un bon moment.

Ce fut pour moi l'occasion de m'entraîner avec mon nouvel objectif. Le résultat n'est pas trop mal, il y a pas mal de flou, mais on mettra ça sur le compte du flou artistique !

 

vendredi, 14 mai 2010

195. Balade à Candes-Saint-Martin

Christine avait organisé hier une sortie à Candes-Saint-Martin. Nous étions neuf au total. La journée a commencé par un pique-nique sur les bords de la Vienne, par chance il n'a pas plu, même si le fond de l'air était quand même un peu frisquet.

Candes 001a.jpg

Après le repas, petite balade dans les rues du village. Candes compte environ 200 habitants. C'est en 1949 que le village rajouta "Saint-Martin" à son nom, en hommage à Martin qui mourut à Candes en novembre 397. Pour les amateurs d'histoire, un petit résumé de sa vie ICI.

Le lendemain de son décès, son corps fut rapatrié sur une barque jusqu'à Tours. La légende dit qu'à son passage, les arbres se remirent à fleurir comme par miracle. C'est de là que vient l'expression : "l'été de la Saint-Martin".

Ensuite nous sommes allés visiter l'abbaye royale de Fontevraud située tout près.  Là, j'ai senti que mon dos commençait à me tirailler ... Je suis donc partie avant les autres.

abbaye.jpg

Pour Fontevraud, je vous remets le diaporama que j'avais fait en juin 2008 :

mercredi, 05 mai 2010

181. L'art en troglo, visite

Après la visite nostalgique de La Farinière, nous retournons à Saint-Etienne de Chigny pour visiter quelques ateliers d'artistes. Comme nous n'avions pas de plan, nous n'avons pas tout découvert.

vaches.jpg

Ensuite nous avons pris le chemin du retour en empruntant des petites routes perdues en pleine campagne. À un moment, le bitume a même laissé place à un chemin poussiéreux, tout en haut du côteau de la Loire, à travers des prairies verdoyantes où paissaient de magnifiques vaches rousses. Au loin on pouvait apercevoir la cathédrale de Tours.

campagne.jpg

Puis nous nous sommes arrêtées à une terrasse de café à Luynes. Petite vue du château qui surplombe le village.

chateau.jpg

mardi, 04 mai 2010

180. Une infinie tristesse


podcast

Samedi matin, toute guillerette, je pars faire mes courses de bonne heure. Première surprise quand je constate que le buraliste est fermé. Tiens, c'est bizarre, ce n'était pas prévu ... Lui serait-il arrivé quelque chose ? Bon,  je continue mon chemin en direction du Super U et, là, deuxième surprise :  aucune voiture sur le parking, le magasin est également fermé. Je regarde l'heure, des fois il m'arrive d'oublier qu'il y a des horaires d'ouverture et de fermeture. Mais il est dix heures du matin, ça devrait en théorie être ouvert. Finalement au bout de quelques secondes je réalise qu'on est le 1er mai !

Par chance, je réussis à dénicher une épicerie. D'ailleurs peut-on appeler ça une épicerie ? Cela ressemble plus à un mobile home qu'on aurait provisoirement placé devant l'hôtel de ville de Joué-les-Tours pour pallier au manque de magasins d'alimentation dans le centre-ville depuis la fermeture du Monoprix. Car il faut bien dire que, mises à part deux ou trois boulangeries, il n'y a aucun lieu où l'on puisse se ravitailler en produits courants (café, produits laitiers, eau, huile etc) . Tout est occupé par des banques, des assurances, des agences immobilières...

Le Monoprix a été transféré à un ou deux kilomètres plus au nord, dans le quartier ultra-moderne des Deux-Lions, construit en zone inondable. Une sorte de ville champignon absolument irréelle, sans âme. Ça me rappelle un peu ces villes nouvelles construites à la va-z-y que j'te pousse en banlieue parisienne dans les années soixante.

 Revenons au mobile home : j'achète un fromage, des yaourts, du lait et du café, histoire d'avoir de quoi tenir jusqu'au lundi.

En début d'après-midi Christine vient me chercher et nous partons à Saint-Etienne de Chigny pour voir les expositions dans les maisons troglodytiques. Comme il est relativement tôt, nous filons jusqu'à Cinq-Mars-la-Pile. J'avais envie de voir ce qu'était devenue la belle propriété de La Farinière (voir note n° 170 )

Nous nous garons sur le petit parking situé au pied de la demeure. Notre attention est aussitôt attirée par le panneau accroché à une des entrées : A VENDRE

Je m'y reprends à plusieurs fois pour lire quand je vois le prix indiqué. Est-ce possible ? Il y a un truc qui m'échappe ou quoi ? Je n'ai guère la notion des prix dans l'immobilier, mais là, ça me parait outrageusement bas ! Sans doute est-ce dû à l'état de vétusté de la propriété ?

Christine et moi avons un peu le même caractère rêveur  et nous voilà parties toutes deux à faire des projets (fond musical de circonstance : Ah si j'étais riche ...)

- Bon, tu prends quel côté ? Est ou ouest ?

- Ça m'est égal, tout me plait dans cette maison !

Nous faisons le tour et pénétrons par le portail en bois dont une partie s'est écroulée.

fariniere4.jpg

À partir de cet instant, j'ai senti mon cœur se serrer, le spectacle qui s'offrait à nos yeux était pire ce que j'avais imaginé jusqu'à présent. Le jardin, laissé à l'abandon depuis quatre ans, est devenu une véritable jungle. Disparue la belle allée de rosiers grimpants, disparues les belles sculptures en tuffeau qui ornaient les montants des escaliers. Toutes les vitres de la grande maison ont été cassées, comme à dessein, sans doute par quelques vandales qui viennent sur les lieux et la végétation envahit l'intérieur des pièces. 

fariniere1.jpg

Dans la maison, le spectacle est tout aussi déprimant. J'ai fait un montage photo qui vous donnera une petite idée des ravages :

fariniere2.jpg
fariniere3.jpg
fariniere5.jpg
fariniere6.jpg
fariniere7.jpg

Tout cela est tellement désolant ! J'en aurais presque pleuré.