Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 mai 2011

126. Sur les terres du cardinal


podcast

« Nous arrivâmes par une avenue qui borde un côté du parc. Enfin on se trouve en une place fort spacieuse ; je ne me souviens pas bien de quelle figure elle est : demi-ronde ou demi-ovale, cela ne fait rien à l’histoire, et pourvu que vous soyez avertie que c’est la principale entrée de cette maison, il suffit. Je ne me souviens pas non plus en quoi consistent la basse-cour, l’avant-cour, les arrière-cours, ni le nombre de pavillons et corps de logis du château, encore moins de leur structure. [ …]

C’est assez que le tout est d’une beauté, d’une magnificence, d’une grandeur digne de celui qui l’a fait bâtir. Quand on a passé le pont-levis, on trouve la porte gardée par des dieux, Mars et Hercule. […]

Autour du château sont force bustes et force statues, la plupart antiques, comme vous pourriez dire des Jupiters, des Apollons, des Bacchus, des Mercures et autres gens de pareille étoffe ; […]

Je ne m’amuserai à vous décrire les divers enrichissements ni les meubles de ce palais. Nous n’eûmes quasi pas le loisir de considérer ces choses, l’heure et la concierge nous faisant passer de chambre en chambre, sans nous arrêter qu’aux originaux des Albert Dürer, des Titien, des Poussin, des Pérugin, des Mantegna et autres héros dont l’espèce est aussi commune en Italie que les généraux d’armée en Suède. […]

Nous sortîmes de cet endroit, et traversâmes je ne sais combien de chambres riches et magnifiques, des mieux ornées, et dont je ne dirai rien ; […] Toutefois je vous avouerai que l’appartement du roi m’a semblé merveilleusement superbe ; celui de la reine ne l’est pas moins.[…]

Enfin nous descendîmes dans les jardins, qui sont beaux et fort étendus. Rien ne les sépare d’avec le parc. C’est un pays que ce parc, on y court le cerf. Quant au jardin, le parterre est grand et l’ouvrage de plus d’un jour. Il a fallu pour le faire qu’on ait tranché toute la croupe d’une montagne.»

Ainsi s’exprime, dans une lettre à sa femme, le fabuliste Jean de la Fontaine, décrivant sa visite chez le cardinal de Richelieu.

Richelieu 024a.jpg

Armand Jean du Plessis ! Un homme exceptionnel et qui, à l’apogée de sa gloire, voulut créer son propre petit royaume. En 1632, le roi Louis XIII lui donna donc l’autorisation de bâtir un château et un bourg, clos de murs et fossés, avec deux marchés par semaine.

Les travaux furent confiés à l’architecte Jacques Lemercier. Il reste par bonheur des gravures d’époque :

 

87539_1293031829_richelieu_623x187[1].jpg

La mort du cardinal en 1642 sonna le glas de la ville qui retomba vite dans l’oubli.

Aujourd’hui, que reste-t-il de tout cela ?

Le château n’existe plus. Il fut racheté par des marchands de biens qui le démantelèrent totalement. Reste seulement le dôme et l’orangerie, perdue au fond du parc.

Richelieu 027a.jpg

La ville, quant à elle, subsiste bien. Son tracé rectiligne, sa symétrie en font un exemple d’architecture du XVIIe siècle.

Hier donc, je suis allée me balader à Richelieu en compagnie de Christine. Il faut bien avouer que l’on ne vient pas à Richelieu par hasard. C’est retiré de tous les grands axes touristiques.

La rue Royale avec ses hôtels particuliers, presque similaires (quelques détails différent) a gardé de sa grandeur, malgré une restauration un peu surprenante : ainsi les façades de certaines maisons laissent apparaître la pierre, tandis que d’autres ont été recouvertes d’un crêpi dont la couleur varie d’une maison à l’autre !

Richelieu 015a.jpg

Richelieu 020a.jpg

La place de l’église a été également rénovée. Autrefois elle était divisée en quatre sections identiques bordées d’arbres. Aujourd’hui c’est un immense parking au milieu duquel trône un malheureux jet d’eau. Ça donne une impression de grand vide.

Quelques magasins étaient ouverts, mais on doit bien avouer que les touristes étaient peu nombreux !

Décidément, la ville de Richelieu a bien du mal à sortir de sa torpeur …

Le matin, nous étions allées voir l’abbaye de Bois-Aubry, à Luzé. Je voulais surtout montrer la tombe de Yul Brynner à Christine. Elle se situe près de l’abbaye, en bord de champs. Et là, surprise ! Le petit cimetière des moines orthodoxes est entièrement clos de barbelés électrifiés empêchant tout accès ! Si on avait voulu mettre une fleur sur la tombe (ce qui n’était pas le cas) on n’aurait pas pu. Étrange tout de même !

dimanche, 13 mars 2011

79. Carnaval de Manthelan

La météo nationale avait annoncé un temps épouvantable sur la région pour aujourd'hui. Ce matin, le ciel était chargé de nuages gris mais la pluie n'était pas au rendez-vous. J'en ai donc profité pour aller à Manthelan en fin de matinée afin de voir les chars. Un avant goût avant de faire le diaporama demain :

man1.jpg

Finalement, je suis revenue chez moi vers quatorze heures. Je ne saurais donc vous dire si le défilé a évité les chutes d'eau qui se sont produites ici vers seize heures trente. 

man2.jpg

man3.jpg

dimanche, 30 janvier 2011

43. Le château de Bridoré

bridore (2).jpg

En mettant une photo du château de Bridoré dans les notes précédentes, je me suis aperçue que j'avais suffisamment de photos pour en faire un diaporama afin que vous puissiez avoir une idée plus précise de l'endroit.

bri9.jpgCe château possède des caponnières qui sont des fortifications servant à défendre un fossé avec des armes légères ou encore des petits canons. Il est assez rare d'en trouver en aussi bon état.

Ainsi, miss Christine va pouvoir cliquer sur le lien ci-dessus et organiser une sortie OVS pour cet été !

mardi, 05 octobre 2010

381. Les Floralies du Val de l'Indre

floralies.jpg

Comme promis, voici donc un aperçu de cette manifestation qui se tient dans le magnifique parc du château de Candé, à Monts. J'ai eu la chance de bénéficier de quelques éclaircies. Cette année, j'ai noté une nouveauté : la création d'un potager dans lequel avaient été plantées toutes sortes de cucurbitacées. Dans la petite maison de la chasse, tout un ensemble floral avait été composé avec la couleur blanche.

Il faudra attendre maintenant 2012 pour les prochaines Floralies !

Un aperçu : 

lundi, 20 septembre 2010

361. Les journées du patrimoine

Rivau 003.JPG

Ces deux journées consacrées à la découverte du patrimoine local ont connu -si l'on en croit les informations télévisées- un record de participation. Pour ma part, je suis allée visiter la forteresse royale de Chinon qui a retrouvé une seconde jeunesse depuis sa restauration. Les travaux ont duré près de cinq ans durant lesquels le château a repris peu à peu sa forme primitive. La seconde nouveauté est l'ascenseur qui permet d'atteindre le côteau depuis le centre-ville. Un détail non négligeable pour tous ceux qui n'aiment pas grimper !

brodeck.jpg.jpgDimanche, j'avais prévu d'aller visiter le cloître de la Psalette, puis de découvrir le quartier Lamartine-Courteline. Mais après le déjeuner, j'ai repris ma lecture en cours - le rapport de Brodeck de Philippe Claudel- et je n'ai plus du tout pensé aux sorties que j'avais programmées. J'ai fini le livre et je dois bien avouer qu'en le reposant sur le canapé j'ai senti un grand moment de lassitude et de désespoir. Il y a des livres qui émeuvent, dérangent et laissent parfois les lecteurs anéantis. C'était le cas. Décidément, il y a des lectures qui ne me réussissent pas ! Dans le coup, je suis restée à la maison et j'ai fait une tarte aux prunes. Ensuite j'ai allumé la télé à la recherche de quelque chose de drôle ! Naturellement je n'ai rien trouvé. Alors j'ai mis un DVD que j'avais pris à la médiathèque, des séquences de l'émission "Strip-tease".

À vingt heures j'étais couchée, je n'ai même pas ouvert le livre qui m'attendait sur la table de chevet, "Les enfants de Staline".  Comme je connais le sujet, je sens que je vais laisser passer un peu de temps avant de le lire ...