Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 octobre 2007

Réflexion faite,

après la lecture de ce document  ou encore de ce témoignage d'un médecin :

Selon Jean-Claude Nouât, professeur de médecine à la Salpétrière : "Pour affaiblir l'animal, pique et harpons blessent l'appareil ligamentaire, tendineux et musculaire, du garrot et de la nuque. Ils commencent par perforer la peau et les tissus sous-cutanés où se situent de nombreux organes tactiles dont on sait le degré de sensibilité (la peau est capable de percevoir la présence d'une mouche). Puis ils sont enfoncés profondément, parfois jusqu'à 20 cm pour la pique qui va trancher plus ou moins totalement le ligament de la nuque, afin d'abaisser le port de la tête et rendre plus faciles et moins dangereuses les passes ultérieures. Les blessures des ligaments et des tendons provoquent des douleurs profondes, intenses, térébrantes. Elles bloquent les contractions musculaires et limitent les mouvements. La blessure du muscle dilacère les fibres qui le composent, coupe des nerfs, rompt des vaisseaux. Suivent aussitôt une hémorragie et une vasoconstriction, lesquelles entraînent une diminution des apports d'oxygène et une ischémie. Puis surviennent des fibrillations et des contractures musculaires. Ces réactions physiopathologiques provoquent d'importantes douleurs locales et irradiantes. Les fers atteignent fréquemment le squelette au niveau des vertèbres et des côtes, en blessant au passage le périoste, membrane innervée et vascularisée qui enveloppe les os. Il leur arrive de pénétrer jusqu'aux trous de conjugaison par où les nerfs rachidiens sortent de la moelle épinière. Les lésions organiques entretenues et augmentées par le ballottement des harpons s'additionnent pour affaiblir l'animal. Au final, les coups d'épée répétés viendront trancher un gros vaisseau artériel ou veineux du thorax et provoquer l'hémorragie libératrice.  

 et le visionnage de cette vidéo, je peux vous affirmer que je suis CONTRE la corrida !

Laissons à Victor Hugo le soin de rajouter :

« Torturer un taureau pour le plaisir, pour l'amusement, c'est beaucoup plus que torturer un animal, c'est torturer une conscience. »

15:05 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : corrida

Et si nous parlions...

... cf6214f6ebc77e7f4a6f839b434a1ed8.jpgde corrida ? Le débat semble ouvert ICI . A vrai dire, je n'ai pas un avis bien défini sur le sujet. D'abord je n'ai jamais assisté à une corrida et je ne connais rien des pratiques et des rituels de ce que les passionnés appellent un Art.

En somme, à quoi assistons-nous ? A la confrontation d'un homme et d'un animal. Combat toutefois inégal car le torero n'est jamais seul dans l'arène face au taureau. C'est peut-être ce qui me dérange le plus. Tous ces picadors sur leurs chevaux n'ont d'autre but que de fatiguer l'animal en lui infligeant des coups de lance. J'accepterais plus volontiers ce massacre, car il s'agit bien d'un massacre, si l'homme était SEUL face au taureau.f6c2cbcb75f12e752d83e14cc02b356f.jpg

Reste la danse de l'homme qui se termine parfois dans le sang. Ce jour-là le taureau aura pris sa revanche !

Terminons par une histoire :

Un jour un homme rentre dans un restaurant et voit son voisin se régaler avec 2 énormes morceaux d’une viande qui semble succulente
Il demande au serveur :

- La même chose que monsieur s'il vous plait!
- Ah pardon, mais ce sont les testicules du taureau qui est mort dans l'arène et il n'y a qu'une paire . Revenez la semaine prochaine après le combat.
L’homme revient la semaine d'après dans le restaurant et redemande la même chose.
Le serveur lui amène 2 minuscules morceaux de viande.
- Mais ce n'est pas cela que le monsieur avait la semaine dernière?!
- Je sais bien, mais cette fois, c'est le taureau qui a gagné.

12:25 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : corrida

samedi, 27 octobre 2007

Le voile se lève

fd39e19c973e862e978f18fa601b212b.jpg... pour nous laisser entrevoir bien des surprises !

C'est ainsi que j'en sais aujourd'hui un peu plus sur mon étonnante correspondante qui répond au charmant prénom de Claire. Et ma surprise fut TRÈS grande.

Certes, je me doutais un peu que je n'avais pas affaire à quelqu'un d'ordinaire. Cette spontanéité dans l'écriture révélait une jeune personne charmante, fantasque, ouverte sur le monde et avide de découvertes insolites.

Je n'ai pas été déçue. Et pour un peu, nous aurions pu nous croiser dans les couloirs de Roissy en janvier dernier, à un jour près. Au moment où je partais pour le Vietnam, elle décollait pour... pour... ( j'aime bien faire durer le suspense !) pour cet endroit !

Vous allez me dire : Oui, encore une qui va nous ennuyer avec ses souvenirs de vacances !

Eh bien pas du tout, car si vous reprenez son blog au départ ( janvier 2006), vous serez étonnés de découvrir ce que furent ses occupations !

Et, cadeau supplémentaire, si vous regardez bien la vidéo, vous pourrez l'apercevoir ( peu de temps et d'assez loin, j'en conviens) sur la cage du rhinocéros !

Je me marre en imaginant la tête que va faire Dan en lisant cette note. A coup sûr, il va se dire :

« Pauvre Tinou, c'est sûrement l'effet du vaccin contre la fièvre jaune qui agit sur son mental. Elle se met à voir des rhinocéros dans les rues maintenant !»

Eh bien non, Dan et j'en apporte aussitôt la preuve..... LÀ.

Quelle fabuleuse expérience ! Je rajoute ma petite note perso :

Je me serais bien vue jouant du chocalho à côté de la chanteuse !

Même pas mal !

e7a6c1d3cbac36107e8eab00a6e718ae.jpgJ'ai trouvé une place juste derrière le jardin botanique. J'ai bien failli ne pas aller à ce foutu rendez-vous car je ne me sentais pas bien du tout. Mais cette petite marche dans les allées du jardin m'a finalement requinquée et je franchis bientôt le porche de l'hôpital Bretonneau. Au passage je demande au gardien où se situe le service de la consultation des voyageurs. Il m'indique alors le grand bâtiment situé juste derrière la chapelle.

Il y avait un bon bout de temps que je n'avais pas mis les pieds à Bretonneau et, comme je m'y attendais, les souvenirs sont alors remontés à la surface avec leur lot de tristesse. 

L'hôpital a bien changé mais les anciens bâtiments sont toujours là, ils ont même fait peau neuve.

Me voici maintenant dans le hall d'entrée du nouveau bâtiment. Le service est situé au rez-de-chaussée. J'indique mon arrivée à la secrétaire qui me demande alors de remplir le formulaire de santé et de lire attentivement les trois feuilles jointes en attendant mon tour.

Commençons donc par la feuiile rose : MALADIES TRANSMISES PAR LES MOUSTIQUES. Toute une série de mesures y est notée pour conclure malgré tout que:

ATTENTION, AUCUN MOYEN PRÉVENTIF N'ASSURE UNE PROTECTION TOTALE. TOUTE FIÈVRE AU RETOUR DES TROPIQUES DOIT ÊTRE CONSIDÉRÉE COMME UNE CRISE DE PALUDISME ET NÉCESSITE UNE CONSULTATION MÉDICALE EN URGENCE.  

Nous voilà bien ! Mais passons à la feuille verte : c'est une liste de conseils concernant l'hygiène en général, la sécurité alimentaire, le traitement de l'eau de boisson et les 10 règles pour profiter du soleil en toute sécurité.

La feuille jaune informe sur le vaccin Stamaril contre la fièvre de la même couleur. Mieux vaut ne pas lire en détail les réactions possibles et les effets indésirables du vaccin car cela coupe toute l'envie de partir.

Mais voici le médecin. C'est un petit homme asiatique tout souriant d'une soixantaine d'années. Après avoir vérifié mon carnet de vaccination, il me fournit une ordonnance avec les médicaments de première nécessité et me fait ensuite la vaccination. Il en profite pour me vacciner contre l'hépatite A. Nous prenons le temps de bavarder un peu et il me fournit des renseignements intéressants pour un éventuel retour au Vietnam.

En quittant le service, je passe par l'ancienne allée de tilleuls pour constater avec tristesse qu'ils ont tous disparu pour laisser la place à un affreux parking. Je ne m'attarde pas trop devant le bâtiment où se trouvait le bureau où mon mari travaillait quand nous nous sommes connus, c'était il y a plus d'une trentaine d'années mais j'ai l'impression que c'était hier. Je presse le pas, je ne veux pas être assaillie par les souvenirs.

Ouf, me voici dehors. C'est l'heure de sortie des cours pour les étudiants de la faculté. Je m'arrête, allume une cigarette et je retraverse le jardin botanique.

vendredi, 26 octobre 2007

Et je m'en vais, clopin-clopant

... dans le soleil et dans le vent,

De temps en temps le cœur chancelle...»

Chez moi ce n'est pas le cœur mais plutôt les jambes qui chancellent en ce moment ! J'ai arrêté le traitement de choc que m'avait prescrit le toubib contre le lumbago, mais je dois reconnaître que cela m'a mise complètement K.O

J'ai l'impression que je ne tiens plus sur mes jambes, j'ai parfois la nausée et je suis très fatiguée.

Qu'à cela ne tienne, j'ai rendez-vous cet après-midi à l'hôpital Bretonneau, dans le service de "Consultation des voyageurs" pour me faire vacciner contre la fièvre jaune (on n'est jamais trop prévoyant !).

Pourvu que j'en ressorte vivante !

A suivre ...