Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 juillet 2009

234. Il y a des jours comme ça ...


podcast

où l’on ferait mieux de rester chez soi ! Par exemple, dimanche : il faisait beau, aussi je décidai d’aller me balader.

Me voici partie pour Richelieu. Ma dernière visite remonte à environ trois ans.

Chinon 001a.JPG

Première constatation en arrivant sur la place de l’église : tous les arbres ont été abattus pour faire place à un grand vide dallé au milieu duquel s’élancent quelques minces jets d’eau..

Deuxième surprise : le musée du chat qui se trouvait dans la rue principale n’existe plus. Il a fermé ses portes depuis deux ans.

Bon, plus rien ne me retient donc et je reprends la route. En arrivant à Champigny-sur-Veude, je me gare près de la très belle chapelle qui possède –parait-il- de magnifiques vitraux relatant la vie de Saint-Louis. Là encore, nouvelle déception : la chapelle est fermée le matin.

Me voici donc maintenant sur les bords de la Vienne, à Chinon.

Chinon 004a.JPG

Je fais quelques photos de la statue de Jeanne d’Arc, puis je me balade un peu dans les rues animées car c’est le jour du marché et il y a aussi pas mal de touristes.

En revenant vers le parking, je suis accostée par une vieille femme, assise sur un banc. Elle est teinte en roux à faire pâlir de jalousie tous les écureuils, ses sourcils sont dessinés au crayon de la même couleur et la bouche en cul de poule flamboie d’un rouge écarlate. Au moment où je passe à sa hauteur, elle s’écrie :

Je suis emmerdée !

Comme j’ai tout mon temps, je m’arrête alors et lui demande ce qui ne va pas.

J’ai faim et je n’ai pas d’argent ! La banque est fermée. Je ne peux même pas m’acheter de pain !

Et elle commence à pleurnicher, histoire sans doute de m’attendrir car elle ne versait aucune larme.

Vous habitez à Chinon ?

Non je suis en vacances, je viens juste d’arriver. Vous parlez d’un malheur quand même !

Son histoire ne tenait pas la route. Mais bon, bonne pomme, je lui ai donné une petite pièce.

Tenez , voilà de quoi acheter du pain.

Je m’apprêtai à partir quand elle s’enhardit alors :

Tu n’aurais pas une cigarette ?

Le brusque tutoiement m’a fait rire, elle me rappelait soudain les anciennes prostituées que j’avais rencontrées au café du Crocodile dans le vieux Tours, avant qu’il soit démoli !

Je lui ai donc refilé une clope.

T’es une chic fille !

Oui, je sais… Allez bonne chance !

Et je suis rentrée chez moi.

 

lundi, 29 juin 2009

224. Le hasard fait parfois bien les choses

fleming.jpgLa découverte de la pénicilline par Alexander Fleming est dûe en grande partie au hasard. En effet, si un jour de 1929, le professeur n'avait pas oublié une culture dans son laboratoire, il n'aurait alors peut-être jamais découvert ce champignon qui s'était développé sur une colonie de bactéries staphylococciques. L'effet thérapeutique de la pénicilline ne sera officiellement reconnu que le 16 août 1941.

vendredi, 19 juin 2009

208. À bicyclette


podcast

velo.jpg
1245394171.png

Mercredi dans l'après-midi je suis allée voir la maison où se déroule actuellement le festival "Excentrique", à Montlouis-sur-Loire. La maison est située sur un vaste terrain en friche, mais qui a dû connaître son heure de gloire car il a encore de beaux restes. Seulement je n'ai pas assez de photos pour en faire un diaporama. Dommage ! C'est là que j'ai découvert ce vélo.

Pour en revenir au vélo, j'ai une soudaine envie de m'y remettre. Si le temps est beau durant le prochain week-end, je compte aller à Savonnières. Les difficultés n'apparaîtront qu'au retour pour monter la LONGUE CÔTE du château de Beaulieu !  

mardi, 16 juin 2009

202. Du côté de Barcelone

1245131335.png
1245131788.png
pedrera (2).jpg

Il s'agit d'un détail pris sur le toit de la casa Mila, appelée aussi "La Pedrera". Tiens, j'en profite pour vous remettre le diaporama de cette célèbre maison conçue par Gaudi. 

dimanche, 14 juin 2009

197. On peut bien rêver

Je m’étais allongée sur le ventre. Je sentis alors ses mains se poser tout doucement de chaque côté du bas de mon dos. Des mains puissantes et douces à la fois. Depuis combien de temps des mains masculines se sont posées ainsi sur moi ? Je ne saurais le dire mais j’ai l’impression que cela fait une éternité, j’avais totalement oublié  l’effet ressenti. Peu à peu il fait remonter ses mains. Je ferme les yeux. Nous n’échangeons aucune parole et c’est tant mieux car je n’ai jamais pu supporter les hommes qui se croient obligés de faire la conversation ou bien d’employer des petits mots complètement ridicules.

Soudain je ne sens plus ses mains sur mon corps, mais je garde les yeux fermés, j’aime les surprises… Il s’est saisi de mes pieds qu’il caresse longuement puis, tout à coup, il tire brutalement sur mes deux jambes. CRAC !

 

Voilà, je pense que maintenant ça ira mieux, votre douleur se situe au niveau du sacrum ! Ça fait cinquante euros.

 

C’était samedi matin chez l’ostéopathe.