Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 octobre 2008

Connaissez-vous le panga ?

Jusqu'à ce que Jocelyne m'envoie un mail à propos du panga, je n'avais encore jamais entendu parler de ce poisson. Et pourtant, il parait que c'est la grande nouveauté  sur les étals de nos poissonniers, de beaux filets bien blancs d'un poisson dont personne n'a vu la tête. Et pour cause !

Ce vulgaire poisson-chat vit à l'état sauvage dans le delta du Mékong. Comme toutes les espèces de poissons-chats, c'est un vorace, il bouffe n'importe quoi, de préférence de la merde, vit en surpopulation, est très résistant et prolifique. 

Bref, il s'est trouvé des petits malins qui ont flairé la bonne affaire. Depuis quelques années donc, le panga est élevé dans des fermes aquatiques installées sur le Mékong. On le shoote avec des farines pour le moins douteuses, on fait pondre les femelles quand on le souhaite ( et non plus d'avril à novembre comme cela se passe naturellement). Pour faire pondre la femelle, on lui injecte par piqûre une dose d'hormones que les femmes enceintes produisent au moment de l'accouchement. Il fallait oser tout demême !   

Ensuite des petites mains expertes vous lèvent les filets, enlèvent toutes traces de peau et de merde et hop ! C'est expédié chez nous à des pris défiant toute concurrence ( 9,50 euros le kilo).

Ah, j'oubliais de préciser que les Vietnamiens n'en mangent pas.

Allez, bon appétit !

Quelques liens intéressants sur le sujet :

Pour un monde durable

Qu'est-ce que le panga ? 

14:24 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : poisson, panga, vietnam

dimanche, 26 octobre 2008

Grr.!:.^¨X?_W...Oh et puis m.... !

Fautes de frappe ? Non , extrême agitation, colère sous-jacente, prête à exploser... Depuis plus de deux heures je m'acharne à vouloir mettre en ligne des photos en passant par un hébergeur, de façon à ne pas surcharger l'espace de mon blog portraits.

Et pourtant, je possédais jusqu'à ce jour un modèle que m'avait refilé mon copain Jean-Louis ( tiens au fait, coucou ! que deviens-tu ?) et qui me permettait de mettre un nombre considérable de photos sans surcharger l'espace disponible. Oui, mais voilà, ça ne fonctionne plus ! Les codes ont changé et les photos ne veulent plus apparaître. Peut-être que quelqu'un parmi vous pourra me venir en aide, sait-on jamais ?

Tout d'abord je mettais ma note en mode "texte". Ensuite j'insérais le code suivant :

<div align="center">Titre de la note</div> <br />

 <div align="center"><img src=" Mettre une photo ici "  width="525" /></div> <br />

<br /><div align="justify"> mettre le texte ici</div><br />

<div align="center"><img src=" Mettre une photo ici "  width="525" /></div> <br />

<br /><div align="justify"> mettre le texte ici</div><br />

<div align="center"><img src=" Mettre une photo ici "  width="525" /></div> <br />

<br /><div align="justify">mettre le texte ici</div><br />


 </div>

Il me suffisait ensuite de taper le texte où c'est écrit. Pour les photos je passais par Shack. Une fois la photo enregistrée, j'obtenais alors un code que je copiais-collais dans la note. Il me suffisait ensuite de changer le format de la photo suivant ce que je voulais obtenir. Ici, c'est 525, format assez grand.

Et bien maintenant, ce n'est plus possible. C'est à n'y rien comprendre. J'ai recherché d'autres hébergeurs mais le problème est le même à l'évidence.

jardin1.jpg

Alors j'ai tout laissé tomber, il valait mieux avant que je pique une crise et je suis sortie faire cette photo car à ce moment précis le ciel avait une couleur incroyable !

Hier à la médiathèque j'ai pris deux nouveaux films. Le premier, c'est "Taxi driver". Je l'ai regardé dans l'après-midi. Le héros du film, Travis ( Robert De Niro) est un schyzophrène qui passe à l'acte dans une scène prodigieusement sanglante. Ce que je n'arrive pas à comprendre c'est qu'il redevient "normal" à la fin du film. Je ne pensais pas que l'on pouvait guérir de cette maladie, juste la contrôler avec de puissants médicaments. Y a un truc que je n'ai pas dû comprendre encore...

Le deuxième film est "La vie est un miracle" de Emir Kusturica. La critique que j'ai mise en lien est loin de faire des éloges du film. Je verrai par moi-même...

samedi, 25 octobre 2008

Bouteilles d'eau et patchwork

sont les deux activités auxquelles j'ai consacré la journée d'hier. Commençons par l'eau. Hier nous avons reçu des cartons remplis  de petites bouteilles d'eau d'E.... de 33cl à distribuer aux restos du cœur. C'est moi qui ai été chargée de la distribution de l'eau. Les cartons avaient été entreposés sur la table, sous la table, derrière la table et le reste dans le couloir. J'ai donc passé la matinée jusqu'à 13 heures à ouvrir des cartons, les défaire ensuite, puis les empiler sous mes pieds et enfin distribuer les bouteilles. Nous avons distribué hier 523 repas, record de l'année battu. A raison de deux bouteilles par personne, j'ai donc manipulé 1046 bouteilles d'eau ! Je comprends mieux pourquoi ce matin je ressens une légère douleur dans le dos...

Il était donc 13h30 quand je suis rentrée à la maison. Autant vous dire que je n'avais plus guère de courage, même pas celui de me préparer à manger. Je me suis donc installée dans le canapé devant l'éternel  "Derrick" et pour ne pas m'endormir, j'ai repris le patchwork que j'ai commencé il y a quelques jours seulement.picepeiche.jpg

Un peu plus tard, alors que j'étais devant l'ordinateur, j'ai entendu du bruit dans le jardin, des coups brefs mais réguliers. C'était un pic-épeiche et  j'ai eu le temps de le prendre en photo, de même que les dernières fleurs du jardin. 

Cette nuit, j'ai fait un rêve très amusant. J'avais bricolé ma vieille 2CV. Elle avait deux volants. Je devais aller chercher mon mari à la gare de Tours à 9h20 et il était déjà 9h15. Autant vous dire que j'ai roulé aussi vite que le permettait la voiture. Dans les virages, pour tourner, je sortais mon bras droit pour tourner les roues dans le bon sens. Il y avait des policiers un peu partout et comme je voulais éviter un contrôle, j'étais donc obligée de changer d'itinéraire. Mon mari attendait devant la gare. Il a jeté sa valise à l'arrière de la voiture puis s'est assis à côté de moi. Après je me suis réveillée...

Connaissez-vous le vieil homme des hauts plateaux ? Non ? Suivez-moi, je vais vous le présenter, ICI.  

fleur.jpg

 

mardi, 21 octobre 2008

Tu veux bien être mon amie ?

Inscrite sur Facebook depuis le mois d’août, suite à la demande d’un ami blogueur, je n’ai toujours pas compris à quoi ça peut bien servir.

Hautetfort vient de créer son propre groupe. Je me suis donc ajoutée dans la liste des membres de ce groupe.

Dimanche je reçois deux mails m’avertissant que deux personnes veulent m’ajouter à leur liste d’amis. Soit, je n’y vois pas d’inconvénient, sauf que je ne connais pas ces personnes. L’une d’entre elles est tourangelle, peut-être vient-elle parfois sur mon blog ?

Quant à l’autre, c’est une Indienne, qui de surcroît ne parle pas français. Elle comptabilise à ce jour 309 amis !

Je dois être vraiment d’une autre époque, complètement révolue, car j’ai de l’amitié une autre conception. Enfin, passons…

Sur ce site, il y a « un mur » sur lequel les adhérents laissent des messages. Je pense être idiote car je n’ai toujours pas compris comment on peut inscrire un message sur ce mur !

On nous propose également une liste de gens susceptibles de devenir nos amis. Dans cette liste, je figure en première position !

Vais-je m’accepter comme amie ? Je vais réfléchir à la question !

Le plus étonnant, c’est que dans cette fameuse  liste j’ai retrouvé ma fille, quelques blogueurs que je connais car je vais lire leurs notes, une ancienne copine d’école qui n’a rien à voir avec les blogs, la jeune Sophie que j’ai connu au Sénégal.

A croire que ma boîte d’adresses personnelles a été consultée !

Y a-t-il parmi vous quelqu’un qui pourrait m’expliquer de façon claire et précise le fonctionnement de Facebook ? 

On vit vraiment dans un monde étrange. Les gens se croisent dans la rue en s’ignorant totalement. Hier une vidéo sur Youtube montrait un homme qui se faisait agresser par deux voyous dans le métro. L’homme était rué de coups de pieds et les agresseurs lui ont dérobé son portable. Tout autour, les gens détournaient la tête, impassibles, en attendant que ça soit fini. Que les femmes ne réagissent pas par peur, cela peut se comprendre, mais les hommes présents ? Que des couilles molles…

Faute de pouvoir créer des liens dans le monde réel, on va en chercher dans le virtuel ! On se crée un avatar sur Second Life. Il est beau, intelligent, plein d’argent , les filles se pâment à ses pieds.

« Dis, tu veux bien être mon ami ? » Et bien non, je n’en ai rien à faire de tout ça. Mes amis, qui se comptent sur les doigts d’une seule main, je les choisis moi-même…

06:49 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : facebook

lundi, 20 octobre 2008

Un peu de tout, en vrac

Vendredi, assez tard dans la soirée, je me suis retrouvée devant la télé. J’ai pris en cours de route l’émission littéraire « Café Picouly » sur France 5. Dans un sens, je n’ai pas regretté car cela m’a permis de faire la connaissance visuelle de François Bégaudeau, vous savez, ce jeune prof qui joue son propre rôle dans le film dont tout le monde parle en ce moment , à savoir Entre les mur.

Il écrit, parait-il. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il était présent sur le plateau, afin de faire de la pub pour son dernier livre dont je n’ai pas retenu le titre.

En face de lui se tenaient Michel Onfray et Pierre Assouline. Chapeau bas, messieurs ! Comment avez-vous fait pour garder votre sang-froid face à ce jeune coq présomptueux ? Le succès lui aurait-il fait perdre toute civilité et bonne conduite ? On n’entendait que lui, lui, toujours lui…

Je n’ai pas lu le livre, je n’ai pas vu le film, et cela m’a coupé toute envie de le faire.

 

La petite fille de Dan m’a écrit un petit mot touchant. Nous allons très certainement nous rencontrer.

   

Avant-hier, j’ai aperçu une grosse araignée noire sur le mur du salon. Elle ne bougeait pas , aussi en ai-je profité pour allumer l’aspirateur et la faire disparaître. Je n’aime pas tuer les animaux, exception faite pour les araignées.

 Jardin botanique 011a.JPG 

Il a encore fait une très belle journée aujourd’hui et je suis allée faire des photos au jardin botanique. C’est fou le nombre d’hommes seuls à l’allure équivoque qui traînent dans ce jardin. La plupart du temps, ils sont assis sur un banc et lorsque j’arrive à leur hauteur, ils se mettent à fredonner ou bien je sens se poser sur moi leur regard libidineux. Ça me dégoute !

 

 

Hier matin, j’ai regardé le film adapté du livre d’Orwell, « 1984 ». Le livre, écrit en 1948 décrit une Europe anéantie par les guerres et dirigée par un gouvernement totalitaire. Mais je suppose que vous connaissez déjà l’histoire… La scène qui m’a le plus frappée, c’est celle où l’on voit les hélicoptères s’approcher des maisons afin de contrôler ce qui se passe à l’intérieur. Nous sommes en plein dedans ! De toute manière nous sommes déjà fichés partout, pour tout, bientôt à notre naissance on nous mettra une puce électronique sous la peau.Jardin botanique 203a.JPG

 

Je n’avais aucune envie de sortir hier après-midi. Aussi, après avoir fait un festin avec un morceau de roquefort et du bon pain, j’ai finalement décidé d’ouvrir le troisième livre de la trilogie des jumeaux, à savoir «Le troisième mensonge» :

 

 

Je suis en prison dans la petite ville de mon enfance. Ce n’est pas une vraie prison, c’est une cellule dans le bâtiment de la police locale, un bâtiment qui n’est qu’une maison comme les autres maisons de la ville, une maison à un seul étage. (…)letroisiememensonge.jpg

 

Je pense aussi que nous serons bientôt de nouveau tous les quatre réunis. Une fois que Mère sera morte, il ne me restera plus aucune raison de continuer.

Le train, c’est une bonne idée. »

 

En refermant le livre, je me suis dit que j’avais dû omettre certains passages. Je n’arrive pas à trouver un lien plausible entre ces trois livres. Le deuxième livre me pose problème. Je vais donc attendre que Peggy ait lu la trilogie et nous en parlerons ensemble.

Après cela, j’ai regardé « Le mariage de Maria Braun ». Mais dès les premières images, je me suis aussitôt aperçue que j’avais déjà vu ce film et d’ailleurs je me souvenais très bien de l’histoire, la fin étant assez brutale ! Je l’ai quand même visionné tout en commençant un nouveau patchwork, fait de carrés de tissus à carreaux que j’assemble sans motif particulier. C’est juste histoire de m’occuper devant la télé. J’écoute surtout, je regarde peu les images.

 

La Caisse d’Epargne vient d’engloutir dans des placements à risque la moitié de son profit annuel. Pas mal pour un écureuil réputé si près de ses sous, pardon, de nos sous… 

Jardin botanique 078a.JPG