Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 octobre 2009

369. Carnet de voyage à Istanbul, épilogue

Mardi 29 septembre : le retour

 
podcast

Turquie 3 010a.JPG

Et voilà, c’est la fin du séjour. Je prépare tranquillement ma valise dans la matinée, je règle les quelques dépenses faites à l’hôtel pour les boissons et je sors dans la rue. Un peu plus loin il y a une station de taxi.

aeroport1.jpg

Quelques trente minutes plus tard, me voici à l’aéroport.

L’avion décolle à 13h45 et, trois heures trente plus tard (environ), il atterrit à Roissy. Je remets tout de suite ma montre à l’heure française puis je vais récupérer ma valise. Bon, maintenant direction la gare. Je sais que j’ai un train pour Saint-Pierre-des-Corps vers 17h25. Mais il faut que je change de terminal. Comme j’ai la flemme, je sors directement du terminal 1 et monte dans le bus Air France qui venait tout juste de se garer. Je me dis qu’ainsi j’ai une chance d’arriver plus tôt à la maison. Quelle erreur ! C’était sans compter les embouteillages dus à des travaux entre Roissy et Paris. Des bouchons à n’en plus finir, et les minutes qui s’égrènent inexorablement. Si ça continue, on va y passer la nuit ! En plus, j’ai envie de fumer. Ma dernière cigarette était à Istanbul !

Une fois à Paris, le car se dirige en premier à la gare de Lyon, puis la gare d’Austerlitz. Là, j’ai eu un moment d’hésitation. Mais en songeant aux 2h30 de trajet supplémentaire si je prends le Corail, je préfère aller jusqu’à Montparnasse.

Ah, nous y voilà enfin !... Vite, vite, ma valise, une cigarette, vingt mètres à faire avant d’entrer dans la gare. J’écrase la cigarette à peine fumée (quel gâchis), grimpe l’escalator. Il est 19h25… Le train part à 19h35. Il me faut encore prendre un billet. Je me précipite sur une machine pour en récupérer un. Allez, plus vite le billet !!

19h30… Bon, le quai maintenant, manquerait plus que ce soit à l’autre bout. Ouf, non, c’est le quai n°8.

19h33 : je grimpe dans le premier wagon venu du TGV. Les portes se ferment presque aussitôt. Il était temps !

Il ne me reste plus qu’à remonter tout le train en traînant derrière moi la valise, pour trouver ma place. Naturellement c’est tout au début.

Enfin, me voilà assise. À côté de moi, il y a une jeune fille qui revient du Sénégal où elle a passé trois mois. Elle tient avec précaution un baobab dans un pot rempli de terre archi-sèche. Elle descend aussi à Saint-Pierre. Nous papotons un peu, puis je m’avise de téléphoner à Peggy pour savoir si elle peut venir me chercher. Une heure plus tard, le train arrive en gare.

J’aperçois bientôt ma fille qui arrive sur le quai :

- Coucou la Mutti !

- Ah, ma pauvre fille, si tu savais… Mais attends que j’allume une cigarette...

  Au revoir Istanbul, au revoir la Turquie. Je reviendrai, je le sais !

aeroport3.jpg

FIN

19:15 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, turquie, istanbul

368. Carnet de voyage à Istanbul -18-

Lundi 28 septembre : suite et fin

 
podcast

Après être revenue à Eminönü, il a fallu que je repasse sous cet affreux tunnel pour prendre le tramway. Il était aux environs de midi et une foule compacte et bruyante s’y agitait. Avant de traverser cette marée humaine, j’ai pris soin de ranger mon appareil photo dans mon sac, non par crainte qu’on me le vole, mais pour éviter les chocs. On se sent en sécurité à Istanbul, bien plus qu’à Paris. Gina, la Roumaine que j’ai rencontrée lors de mon voyage m’a raconté une anecdote assez surprenante. Lors d’un trajet en tramway, elle a laissé son sac à main sur le siège. Ce n’est qu’une fois sortie qu’elle s’en est aperçue. Mais trop tard, les portes du tramway s’étaient déjà refermées. Elle est allée aussitôt le dire à l’employé qui se tient au guichet (d’où l’avantage de parler anglais !). Il a prévenu le conducteur de la rame et … son sac lui a été rapporté dans la demi-heure qui a suivi, avec son contenu intégral.

Une autre chose qui m’a beaucoup étonnée, c’est la politesse. Il m’est arrivé souvent que des hommes assis se lèvent pour me proposer leur  place. En France, ce genre de courtoisie devient de plus en plus rare.

Mais reprenons le récit. Je rentre donc à l’hôtel pour y déposer les livres et me reposer un peu. Vers 15h, je ressors et décide alors de retourner dans la ville moderne, voir cette fameuse rue de Péra, devenue l’Istiklâl Caddesi , voie piétonne qui ne désemplit pas, de jour comme de nuit. J’aurais dû lire la rubrique du guide du routard avant d’y aller car je me suis aperçue, à mon retour, que j’avais raté pas mal de choses intéressantes… De toute façon, ce n’est pas en sept jours que je pouvais tout voir !

pera23.jpg

Dans cette rue on découvre de très beaux immeubles Art nouveau restaurés ou en voie de l’être. Il y a également de beaux magasins. La ligne de l’ancien tramway a été conservée, ce qui donne un petit côté rétro à la rue. Les touristes se bousculent pour y grimper.

pera17.jpg

Les rues adjacentes sont remplies de cafés avec terrasses. J’ai beaucoup de difficulté à photographier car la rue est surexposée sur le côté droit. J’ai été obligée de retoucher fortement certaines photos –ce qui explique le ciel parfois un  peu trop clair-.

Turquie 2 089a.JPG

Au bout de la rue, il y a un téléphérique qui permet de redescendre sur les bords de la Corne-d’Or. Me voici donc de retour au pont de Galata que je franchis à pied. Puis, pour terminer la journée, je décide d’emprunter le tramway jusqu’au terminus (station Zeytinburnu). Le tramway se dirige vers l’ouest. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre, les constructions sont de plus en plus récentes, de grands immeubles insipides, alignés les uns à côté des autres. Cela me fait penser à la banlieue parisienne, ni plus ni moins…

Arrivée au terminus, je fais demi-tour, tandis que certains voyageurs se dirigent vers la ligne de métro qui les conduit encore plus loin.

Turquie 2 161.JPG

Je descends à la station Aksaray et comme il est environ 19h, je vais dîner. Dernier repas, demain je rentre en France…

 

Turquie 2 444.aJPG.jpg

 

À suivre     

 

14:55 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, turquie, istanbul

jeudi, 15 octobre 2009

365. Carnet de voyage à Istanbul -17-

Avant de poursuivre le récit de mon séjour à Istanbul, je vous propose deux diaporamas résumant la matinée du lundi 28 septembre.

cartecornedor.jpg

La première est la remontée en bateau de la Corne-d'or, depuis l'embarcadère d'Eminönü jusqu'à Eyup.

La seconde, que j'ai intitulée "Dans les pas de Pierre Loti", est la montée jusqu'au café Pierre Loti. Et là, j'ai découvert que j'avais complètement omis de prendre des photos de l'intérieur du café ! Le malheur est réparé puisque j'ai trouvé une vidéo de l'endroit c'est ICI.

J'avais bien fait d'y aller tôt le matin car il y avait nettement moins de monde que sur le film. Mais vous verrez !

mardi, 13 octobre 2009

361. Carnet de voyage à Istanbul -15-

Dimanche 27 septembre, suite et fin.


podcast

 Après la petite pause récupératrice passée à l’hôtel, je suis de nouveau en forme pour repartir à l’aventure. Le fait de voyager seule n’a pas que des inconvénients. D’ailleurs je n’en vois guère si ce n’est le fait de ne pas pouvoir échanger mes impressions avec quelqu’un. C’est pourquoi je note sur mon calepin toutes les choses dont j’ai envie de me rappeler une fois de retour en France. Et puis, je gère mon temps à ma guise : je m’arrête où et quand je veux, je passe parfois des minutes l’œil rivé sur le viseur pour photographier un chat, une fleur ou encore le soleil couchant. Et enfin, je ne supporterais plus de partager ma chambre avec quelqu’un d’autre. Quand on voit ce que ça en coûte parfois ! mer11.jpg

Il est donc environ 15h et, après avoir consulté la carte, je décide d’aller sur les bords de la mer de Marmara à la recherche d’un marché aux poissons entrevu lors de la balade en bus découvert. La mer est à cinq minutes de l’hôtel. Quand j’arrive sur l'avenue longeant la mer, j’ai deux solutions : soit partir sur la droite, soit sur la gauche. Entre les deux mon cœur balance et finalement je pars du côté droit. Erreur fatale puisque le marché se situait à gauche, mais je ne m’en apercevrai qu’au bout de plusieurs kilomètres à pieds ! Après tout, cela n’a guère d’importance. La promenade est agréable. La côte est aménagée avec des espaces verts où beaucoup de Turcs sont venus en famille pour passer une journée de détente. Ils ont apporté avec eux le pique-nique et ça sent bon les grillades. Il n’y a pas de plage, la côte est bordée de rochers. Quelques couples d’amoureux cachés dans les rochers en profitent pour s’enlacer. Ils sont très pudiques les Turcs !

Une longue jetée mène jusqu’aux bateaux de pêche. C’est le repère d’une quantité phénoménale de chats qui trouvent ici nourriture et abri.

mer4.jpg

Un peu plus loin, j’aperçois toute une file d’oies blanches sortant de nulle part et allant d’un pas décidé picorer l’herbe au bord de la grande route. Moi aussi je commence à avoir un p’tit creux mais les marchands ambulants ne proposent que des confiseries ou des boissons. J’aurais bien mangé une grillade !

Ah mais voici un café avec une belle terrasse ombragée. Les gens boivent du thé tout en jouant à des jeux de société. Tout cela est particulièrement agréable. Je m’y arrête pour prendre un café.

Après cette pause, je reprends ma route le long du bord de mer.

mer41.jpg

Le soleil baisse à l’horizon et au loin on aperçoit les bateaux qui attendent l’autorisation de pouvoir s’engager dans le Bosphore. Me voici bientôt arrivée aux anciens remparts de la ville. Il serait peut-être temps de faire demi-tour. Mais j’aperçois, un peu plus loin, une passerelle qui enjambe la chaussée. Il faut savoir qu’il est quasiment impossible de traverser cette route (où la circulation est intense) sans prendre d’énormes risques.

mer49.jpg

J’emprunte donc cette passerelle et je me retrouve alors dans un quartier fait de petites maisons et où règne une vive animation. Il y a là des marchands de poissons, de beaux étals de fruits et légumes, des cafés aux terrasses remplies de gens qui bavardent et aucun touriste en vue ! J’hésite à faire des photos quand soudain j’entends derrière moi :

- Mais que cherchez-vous par ici ? La voix est particulièrement forte et le ton semble vindicatif. Je me retourne, interloquée aussi d’entendre parler français.

- Euh, rien de particulier, je me balade !

L’homme qui se tient devant moi doit avoir mon âge. Il tient un cabas à la main et me regarde d’un air curieux et amusé. Il m’explique alors que je me trouve dans l’ancien  quartier grec et arménien. Puis il me souhaite de passer un agréable séjour à Istanbul et il repart aussitôt.

Comment a-t-il su que j’étais française ? Aucune idée.

Autant vous dire que je suis complètement perdue dans cette partie de la ville qui ne figure même pas sur mon plan. Bof, tous les chemins mènent à Rome et avisant un arrêt de bus, je décide de prendre le premier qui se présente. Et c’est ainsi que, vingt minutes plus tard, je me retrouve à Aksaray, non loin de mon hôtel. Et comme il est environ 19h et que j’ai très faim, je m’arrête dîner dans mon restaurant attitré.

Hum, ça sent bien bon !

Turquie 2 446a.JPG

 

À suivre

lundi, 12 octobre 2009

359. Carnet de voyage à Istanbul -14-

Dimanche 27 septembre, première partie.

 

Voici les mosaïques du musée dont je vous ai parlé hier :

 

Encore deux jours à Istanbul, deux jours durant lesquels j’ai encore plein de choses à découvrir.Finalement, je me rends compte que je n'aurai pas suffisamment de temps pour tout voir !

funi.jpg

En ce dimanche matin, je décide de retourner dans la partie « moderne » de la ville. Il est environ huit heures quand je quitte l’hôtel et je prends le tramway jusqu’à Kabatas, le terminus. De là j’emprunte le funiculaire qui permet de grimper jusqu’à la place de Taksim. Me voici donc au cœur de l’Istanbul moderne, très européenne. Cette partie de la ville a connu son apogée au XIXe jusqu’au milieu du XXe siècle. C’est là que sont regroupés les ambassades, les grands magasins, les boîtes branchées où il est bon de se faire voir. Ça n’est pas mon truc. Le guide Burhan m’a même cité l'Istiklâl Caddesi (l'ancien nom de la rue de Péra) comme étant «Les Champs Élysées» de la ville. Hum… Je veux bien, mais bon !Comme dirait l'autre, y pas photo !

 

taksim.jpg

On est dimanche matin et la vie tourne au ralenti, j’avais oublié ce détail. Aussi je repars au bout d’un quart d’heure, reprends le funiculaire et reviens sur les bords du Bosphore.

J’avais repéré le musée des Arts modernes, situé près de la gare maritime, dans un ancien entrepôt. L’ouverture est à 10h, cela me laisse du temps pour flâner.

 

musée.jpg

Les photos intérieures sont interdites, aussi vous ne verrez rien du tout. Dommage, car le cadre est très agréable et les œuvres proposées variées et intéressantes. Dans le musée on trouve également une bibliothèque, des salles de projection de films et une cafétéria avec une terrasse donnant sur la mer. Manque de bol, ce matin-là le temps est gris, il n’y a qu’une seule table à l’extérieur et elle est déjà occupée par un couple. Ce n’est donc pas ici que je pourrai faire ma pause café.

Après cette visite, je continue ma promenade et j’arrive bientôt en vue du pont d’Eminönü, côté Karakoy. Cette partie de la ville est très animée, c’est aussi un lieu de départ et d’arrivée de bateaux et je m’installe donc à une des innombrables terrasses de restaurants pour regarder les mouvements du port.

 

karakoy.jpg

Je traverse ensuite le pont. Il est à deux étages, le trafic routier s’effectue sur le haut du pont, tandis qu’en dessous on trouve plein de restaurants et de cafés. C’est un endroit très agréable.

Je retraverse le Bazar Égyptien puis je cherche le marché aux livres. Malheureusement il est fermé le dimanche !

Je rentre alors à l’hôtel.

 

À suivre…

14:25 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, turquie, istanbul