Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 octobre 2013

168. L'âme de Lisboa -1-

Rares sont les villes européennes qui ont conservé une véritable authenticité. Lisbonne en fait partie, mais pour combien de temps encore ?

Je suis donc partie avec la ferme intention de m'imprégner de l'atmosphère des vieux quartiers : Alfama, Graça, Baixa, Chiado et Bairro Alto. Pendant des heures, j'ai arpenté les ruelles populaires jusqu'à ne plus pouvoir marcher !

Voici donc un aperçu - en deux parties- accompagné par la voix d'Amalia !

Je commencerai le carnet de voyage demain avec -cette fois- des photos en couleur.

IL EST INDISPENSABLE DE METTRE LA MUSIQUE.


podcast

lis1.jpg

 

lis2.jpg

lis3.jpg

lis4.jpg

lis5.jpg

lis7.jpg

lis14.jpg

lis15.jpg

lis17.jpg

lis19.jpg

lis20.jpg

lis21.jpg

lis26.jpg

lis30.jpg

lis29.jpg

lis31.jpg

lis33.jpg

lis37.jpg

lis25.jpg

lis10.jpg

dimanche, 29 septembre 2013

167. Prochain départ

voyage, portugal, lisbonne

Il s'agit du Portugal, bien sûr ! Et plus précisément Lisbonne, que je ne connais pas encore et où j'ai réservé un studio pour quelques jours. Mon dernier passage dans ce pays remonte à août 2004 :


Découverte de Porto par cheztinou

Thierry m'a apporté hier le timbre qu'il a créé à cette occasion :

 

voyage,portugal,lisbonne

Je vous donne donc rendez-vous le mardi 8 octobre et d'ici là, portez-vous bien !

12:18 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, portugal, lisbonne

mardi, 10 septembre 2013

159. Et maintenant ?

Comme vous avez sans doute pu le constater, je ne suis pas revenue très enthousiaste de cette croisière sur le Danube. Autant la partie située entre Passau et Budapest offre de beaux paysages, autant cette partie jusqu’au delta est monotone et triste. D’autre part, les conditions ne furent pas à la hauteur. Comme dit Peter :

— Malheureusement, nous ne sommes pas responsables !

J’ai envie de lui répondre :

— Nous non plus !

— C’est la faute à pas de chance, comme dirait l’autre.

Bon, il faut quand même relativiser : tout n’est pas totalement négatif. Je voulais voir Belgrade et Bucarest. Eh bien, j’ai vu. Une chose est sûre : je n’y retournerai pas.

Il est temps de tourner la page …

Vendredi dernier, je suis allée à Nouvelles Frontières pour annuler mon départ au Japon prévu le 12 octobre prochain. J’ai soudain eu besoin de me poser, histoire de souffler un peu. En lisant attentivement le programme qui était prévu, je me suis aperçue qu’il y avait pas mal de déplacements et beaucoup trop de temps libre où l’on est livré à soi-même. Je m’imagine mal seule à errer dans les rues de Tokyo !

Le prochain grand voyage aura donc lieu en février  et cette fois-ci je ne serai pas seule car je pars en compagnie de ma petite copine Sonia qui était avec moi au Cameroun.

Destination :

 

Ils ont l’air sympa les copains avec la mitraillette sur l’épaule !  

04:37 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2)

158. Dernier regard


podcast

Avant de refermer définitivement ce carnet d'un voyage qui fut bien décevant dans son ensemble, voici une série de clichés variés :

LeDanu1be 041a.jpg

 

LeDanu1be 056b.jpg

 

LeDanu1be 139a.jpg

 

LeDanu1be 141a.jpg

 

LeDanu1be 512a.jpg

 

LeDanu1be 158b.jpg

 

LeDanu1be 325a.jpg

 

LeDanu1be 195a.jpg

 

LeDanu1be 304a.jpg

 

LeDanu1be 329a.jpg

 

LeDanu1be 456a.jpg

 

LeDanu1be 360a.jpg

 

LeDanu1be 381a.jpg

 

LeDanu1be 492a.jpg

 

LeDanu1be 467b.jpg

 

LeDanu1be 450a.jpg

 

LeDanu1be 575a.jpg

 

LeDanu1be 454a.jpg

 

LeDanu1be 072a.jpg

LeDanu1be 495a.jpg

Il est temps maintenant de passer à autre chose !

dimanche, 08 septembre 2013

156. Croisière sur le Danube, épilogue


podcast

Mercredi 28 août : le retour

 La matinée parait terriblement longue à attendre le départ pour l’aéroport de Constanta à midi.

voyage,croisiere,danube

Dans l’avion, je me retrouve à côté de deux dames. L’une d’elles avait eu un malaise lorsque l’avion avait atterri à Budapest.

Nous décollons en début d’après midi et le vol s’effectue sans problème jusqu’au moment où l’hôtesse annonce :

— Mesdames et messieurs, l’avion amorce sa descente sur Caen. Nous vous prions de bien vouloir rejoindre vos sièges et attacher les ceintures.

À cet instant ma voisine me regarde en soupirant et me dit :

— Pourvu que tout se passe bien cette fois-ci !

Je regarde alors son amie qui, placée près du hublot,  commence à être agitée de tremblements. Elle lui prend alors la main et dit :

— Tout va bien se passer, ferme les yeux, détends-toi, respire profondément ! Le temps est ensoleillé, on commence à apercevoir la campagne.

L’autre est en proie à des secousses de plus en plus violentes :

—Ça y est, je vomis !

— Non, tu ne vomis pas.

Par précaution, je lui tends déjà un sac en papier.  Elle tire au cœur d’une manière épouvantable. Par chance rien ne sort !

Son amie se tourne vers moi en soupirant :

— Ça s’annonce mal ! Tout a commencé l’année dernière lorsque nous avons fait une croisière au pôle nord. Là nous avons été prises dans une violente tempête. Nous sommes restées trois jours durant dans les cabines sans pouvoir sortir ; dans le bateau toute la vaisselle et tous les bibelots étaient cassés. Et au retour en avion, l’atterrissage a été houleux. C’est là qu’elle s’est évanouie.

Dans son coin, l’autre s’est transformée en pile électrique. Elle serre la main de son amie jusqu’à la broyer.

— Allez, calme-toi un peu, tout va bien ; l’avion a sorti le train d’atterrissage, dans cinq minutes on est sur la terre ferme.

Mais rien n’y fait. La malheureuse est au bord de la syncope.

L’avion vient de se poser en douceur et bientôt les moteurs sont coupés.

— Bon, ouvre les yeux, regarde, on est arrivé, il y a un beau soleil dehors. Dans quelques minutes tu vas retrouver ton fils. Ouvre les yeux, je te dis !

Nous la prenons alors sous les bras pour la lever. Derrière les gens s’en mêlent :

— Pauvre femme, il faut qu’elle s’asseoit, elle n’est pas bien !

— Ah non, si on l’asseoit, elle ne va plus vouloir se relever.

Je les laisse passer dans le couloir ;  j’ai appris un peu plus tard qu’il a fallu la transporter dans un fauteuil roulant.

voyage,croisiere,danube

L’avion redécolle peu après en direction de Roissy. À peine le temps de photographier les ailes à travers le hublot que nous voici arrivés.

Je récupère très vite ma valise et me dirige vers la station des navettes.

Une nuit à l’hôtel : Coucou, me revoici !

Et le lendemain vers 10h je retrouve Christine à la gare de Saint-Pierre-des-Corps.

— Pas fâchée d’être de retour !

 

 

FIN

05:59 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, croisiere, danube