Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 mars 2014

37. Carnet de voyage en Éthiopie -3-


podcast

Mardi 18 février : d’Arba Minch à Konso.

 

voyage, ethiopie, konso

Je me lève assez tôt afin de photographier le lever du soleil et les lieux, puis à sept heures je vais prendre le petit déjeuner.

voyage, ethiopie, konso

voyage, ethiopie, konso

voyage, ethiopie, konso

voyage, ethiopie, konso

Ces étranges paniers accrochés dans les branches sont des ruches :

voyage, ethiopie, konso

 

voyage, ethiopie, konso

Nous quittons l’hôtel à 8h30 en direction du lac Chamo. Dans la nuit il a plu et le chemin menant jusqu’aux rives du lac est très boueux. Bientôt la voiture de tête, conduite par Dany, s’embourbe ; il faut aller chercher les pêcheurs locaux pour pousser le véhicule. Tractations sur le prix de l’aide.

voyage, ethiopie, konso

Les deux autres véhicules ont réussi à bifurquer sur la droite et on attend l’arrivée de la voiture 1.

Ah, les voilà ! On peut donc embarquer dans les bateaux pour aller voir les crocodiles qui sont au loin, sur l’autre rive du lac.

voyage, ethiopie, konso

Aux abords de la rive on peut voir des vervets (singes verts) :

voyage, ethiopie, konso

 

Les crocodiles sont de belles bêtes bien repues qui digèrent paisiblement, nous regardant passer d’un œil amorphe.

voyage, ethiopie, konso

voyage, ethiopie, konso

voyage, ethiopie, konso

Un peu plus loin nous apercevons quelques hippopotames qui, à notre approche, plongent aussitôt sous l’eau.

voyage, ethiopie, konso

 

Ah mais voilà que Madame Bidochon, installée dans l’autre bateau,  se fait piquer par une grosse mouche sur le bras. La piqûre est assez douloureuse selon ses dires … Madame Bidochon, à votre place j’irai consulter mon médecin au retour de voyage car nous sommes quand même dans une zone où sévit la terrible mouche tsé-tsé.

Après cette balade sur l’eau, nous remontons dans les voitures et reprenons la route. Pour midi, nous nous arrêtons dans un village pour faire un tour sur le marché local.

voyage, ethiopie, konso

voyage, ethiopie, konso

voyage, ethiopie, konso

Les locaux ne sont pas spécialement accueillants ; une vieille se met à pousser des hurlements quand je veux photographier ses sacs de grains. Cela a vite fait de me décourager. D’autre part, malgré moi, je suis un peu l’attraction ! J’ai effectivement remarqué que les Éthiopiens ne fument pas. Alors vous imaginez, une faranji (blanche) qui fume !

Il fait très chaud maintenant et c’est à pied que nous nous dirigeons vers le restaurant prévu pour le repas. La route grimpe légèrement et le soleil tape assez fort sur nos têtes. J’ai pris du retard sur le groupe, mais je ne suis pas la seule : derrière moi le couple Bidochon traîne des pieds, surtout madame Bidochon, qui, ayant oublié son chapeau, a le visage comme une tomate bien mûre.

Les 4x4 sont déjà devant le restaurant au loin et Izhar téléphone donc à un des chauffeurs pour qu’il vienne nous récupérer.

Cinq secondes plus tard, je m’engouffre donc dans la voiture, suivie de monsieur Bidochon et d’une autre personne. Seule, madame Bidochon reste sur le trottoir :

— Mais qu’est-ce que tu fous ? Grimpe ! lui crie son mari.

— Bah, ce n’est pas notre voiture, on est dans la n°2 et c’est la n°3.

— Mais on s’en fout ! Il vient nous chercher pour nous conduire au restaurant.

— Ah, non, ça n’est pas la bonne voiture !

— Mais qu’est-ce que tu peux être con !

Bien dit, monsieur Bidochon.

voyage, ethiopie, konso

 

Tout le monde est bientôt installé à l’ombre en train de siroter une boisson fraîche lorsqu’elle déboule bientôt, en sueur, cramoisie, un terrible coup de soleil sur le nez et tirant la gueule ! 

voyage, ethiopie, konso

 

On reprend la route. On s’arrête lors de la traversée d’un pont : d’un côté, les femmes lavent le linge tandis que les enfants s’ébrouent dans l’eau.

voyage, ethiopie, konso

De l’autre côté du pont, les hommes sont en train de faire leur toilette. Flûte, je n’ai pas pris le bon objectif !

voyage, ethiopie, konso

 

voyage,ethiopie,konso

 

— Coquine ! m’a dit hier ma toubib quand je lui ai raconté l’anecdote. 

Sur le coup des 6h nous atteignons le campement où nous allons passer la nuit. Les tentes sont déjà installées. Le cuistot, venu spécialement d’Addis Abeba, est déjà à l’œuvre.

voyage, ethiopie, konso

Première chose importante : repérer les sanitaires. Il n’y en a pas, bien évidemment, si ce n’est une bicoque en branchages utilisée par les habitants du petit village et infestée de mouches.

À la guerre comme à la guerre ! J’attendrai la nuit et j’irai derrière ma tente …

Avec le soir qui tombe la fraîcheur a fait son apparition et on endure la polaire. Deux ou trois bougies disposées sur la longue table et on peut déguster un très bon repas confectionné dans des conditions difficiles. Bravo le cuistot !

Izhar nous a dit que nous rencontrerions le roi de Konso et que nous aurions aussi droit à un spectacle après le dîner.

Pour ce qui est du roi, il faudra attendre demain –d’ailleurs j’ai cru jusqu’au dernier moment que c’était une blague !-. Quant au spectacle, c’est le cuistot qui s’est transformé en lanceur de bâtons enflammés qu’il récupérait tant bien que mal dans la nuit noire ! Rigolo tout ça ! Des souvenirs inoubliables et ce ciel pur où scintillent des milliers d’étoiles …

Bon, je vais dans ma tente, à demain !

 

 

10:37 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, ethiopie, konso

lundi, 03 mars 2014

35. Carnet de voyage en Éthiopie -2-


podcast

Lundi 17 février : d’Addis Abeba à Arba Minch

 

voyage, ethiopie, arba minch

Nous quittons l’hôtel Siyonat à 7h30. Au dehors une pluie fine s’est mise à tomber et il fait assez frais.

Nous prenons place dans l’un des trois 4x4 qui vont nous servir tout au long de ce périple. Nous sommes quatre dans chacune des trois voitures conduites par Salomon, Dany et Abénazer. La conversation avec les chauffeurs est très restreinte car ils ne parlent pas français ; Seul Dany se débrouille en anglais. Notre guide, Izhar, avait prévu un roulement dans les voitures de façon à ce que tous les membres du groupe puissent se mélanger. Mais vous pensez bien que la famille Bidochon s’est fermement opposée à cette initiative. Nous nous contenterons donc de changer journellement de voiture. Quant à Izhar, il voyage dans la voiture noire n°1 qui possède une place supplémentaire à l’arrière.

voyage, ethiopie, arba minch

Nous quittons Addis Abeba en direction du sud.

À quelques kilomètres premier arrêt pour la visite de l’église souterraine d’Adady Maryam. Cette église aurait fort probablement été creusée il y a environ six cents ans par des prêtres venus de Lasta.

voyage, ethiopie, arba minch

voyage, ethiopie, arba minch

Elle a une forme arrondie et elle est percée de dix portes et vingt-quatre fenêtres. L’intérieur est très sombre, le sol est recouvert de tapis et des icones sont accrochées aux murs. C’est l’une des rares églises orthodoxes construites au sud d’Addis Abeba.

voyage, ethiopie, arba minch

Pour en savoir plus sur les religions, se reporter ICI.

Nous reprenons la route et nous nous arrêtons déjeuner dans la petite ville d’Hossana. La pluie a cessé et il commence à faire chaud.

voyage, ethiopie, arba minch

voyage, ethiopie, arba minch

voyage, ethiopie, arba minch

voyage, ethiopie, arba minch

Pour ce qui est de la cuisine, il ne faut pas s’attendre à des merveilles. Le plat traditionnel éthiopien est composé d’une galette assez spongieuse et aigrelette –l’injera- faite à base de farine de sorgho ou de tef que l’on partage en morceaux pour piocher ensuite (de la main droite !) dans différents plats de viande (poulet, zébu) ou de légumes, le tout étant assez fortement épicé. Le mercredi et le vendredi –jours de jeûne- la viande est remplacée par divers légumes.

voyage, ethiopie, arba minch

En dehors de ça, on trouve partout des spaghettis à la sauce tomate ou du riz ; l’occupation italienne a laissé des traces ! 

Personnellement je me suis vite rabattue sur les potages de légumes (délicieux) et sur le riz, la viande étant tout de même assez coriace.

Ce qui m’a manqué surtout, c’est le manque de fruits, alors que le pays en regorge ( bananes, ananas, mangues, oranges, pastèques, avocats, papayes). Mais bon, je n’en fais pas une maladie, je ne suis pas venue jusqu’ici pour faire des gueuletons.

Quant aux Bidochon, bien que râlant continuellement et chipotant sur tout, ils ne laissaient rien dans leur assiette.

Justement, après ce premier repas, Izhar nous achète des bananes à un marchand dans la rue. Chouette ! 

voyage, ethiopie, arba minch

 

L’après-midi nous continuons la route sur la piste. La première chose qui frappe est le peu de voitures : on ne croise que des cars locaux, des camions et quelques  4X4 transportant les touristes.

voyage, ethiopie, arba minch

La population utilise les tuk-tuk, très nombreux, ou se déplace à pieds sur de longues distances avec des chargements impressionnants sur les épaules. Pas étonnant que les Éthiopiens soient aussi bons pour les marathons !

voyage, ethiopie, arba minch

voyage, ethiopie, arba minch

Le soleil décline, nous longeons maintenant le lac Chamo et bientôt nous sommes obligés de nous arrêter pour laisser passer un important troupeau de zébus.

voyage, ethiopie, arba minch

voyage, ethiopie, arba minch

voyage, ethiopie, arba minch

Sur les routes, tous les animaux ( zébus, chèvres, poulets, moutons, ânes, dromadaires, chiens, etc )sont prioritaires sur les véhicules, ils déboulent d’un peu n’importe où et attention à ne pas en écraser un car la somme de dédommagement risque d’être rondelette ! La traversée des villages se présente toujours comme un véritable parcours du combattant. Heureusement que nos chauffeurs ont l’habitude. Une fois pourtant, une de nos voitures a failli emplafonner un gros zébu qui a déboulé comme un fou d’un taillis. Trop tard pour freiner, il ne restait plus qu’à faire une terrible embardée sur la gauche pour éviter le choc. Ouf, plus de peur que de mal !

Nous atteignons l’hôtel à la nuit tombante. Il est situé en hauteur et domine les deux lacs (Abaya et Chamo). La vue est remarquable, je ferai des photos demain matin. Chacun prend possession de sa chambre. La mienne possède une terrasse donnant sur les lacs.

voyage, ethiopie, arba minch

Après une brève inspection des lieux pour voir s’il n’y a pas quelques bestioles indésirables, je retrouve bientôt les autres pour le dîner.

voyage, ethiopie, arba minch

 

À demain !

08:06 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, ethiopie, arba minch

dimanche, 02 mars 2014

34. Carnet de voyage en Éthiopie -1-


podcast

Je comprends mieux maintenant pourquoi le guide du routard n’a pas encore édité de livre sur l’Éthiopie ; Ce pays est encore au tout début de son expansion et les infrastructures ne permettent pas actuellement de répondre à un tourisme de masse. Dans un sens c’est tant mieux car cela permet de découvrir une vraie authenticité qui va peu à peu disparaître. Si le nord éthiopien est beaucoup plus visité en raison de ses églises enterrées et de ses paysages grandioses, le sud reste encore assez méconnu et réserve bien des surprises de toute nature pour le touriste avide de sensations. C’est donc le moment de découvrir cette région en faisant fi parfois du confort !

Voici donc mon carnet de voyage :

 

Samedi 15 février : départ de Paris. 

Je pars de chez moi à 13 heures, peu motivée par ce voyage – j’ai même eu l’idée de tout annuler au dernier moment -. Trois mois isolée à ne rien faire si ce n’est jouer à Cityville m’ont rendue complètement amorphe. Et puis il y a aussi la santé de mon chat qui me préoccupe. Bref, je pars sans entrain … Je retrouve mon amie Sonia à l’aéroport de Roissy vers 16 heures. Nous ne nous sommes pas revues depuis deux ans, aussi avons-nous beaucoup de choses à nous raconter  en attendant l’enregistrement de nos bagages.

voyage, ethiopie, addis abeba

L’avion de l’Éthiopian Airlines décolle de Roissy à 22 heures. L’aventure peut commencer !

 

Dimanche 16 février : Nous atterrissons à Addis Abeba vers 5h45, le temps de mettre la montre à l’heure locale ( rajouter deux heures) et nous voici à faire la queue au contrôle douanier. C’est terriblement long. Juste à côté se trouve un bureau de change et nous en profitons pour changer de l’argent. J’avais prévu de changer en deux fois au cours du voyage, mais Sonia me fait remarquer que les occasions seront peut-être rares de trouver un bureau de change et qu’il vaut mieux prendre tout de suite ses précautions. Bien vu en effet !

La monnaie locale  est le birr ( pour 1 euro on a environ 25 birr). On se retrouve donc avec une liasse conséquente de billets.

voyage, ethiopie, addis abeba

Toutes ses formalités ont duré presque deux heures et nous voici enfin dehors ! Nous sommes accueillis par le directeur de l’agence et le guide qui va devoir nous supporter pendant 15 jours. Chaque touriste reçoit une rose et le sol du minibus est jonché d’herbe et de roses.

voyage, ethiopie, addis abeba

C’est le moment aussi où l’on fait connaissance des autres membres du groupe. Nous sommes 12 au total :

Ghislaine, de Paris.

André que l’on appellera très vite Kiki et qui habite dans le Loir-et-Cher

Deux amies dont l’une habite à Ballan tout près de chez moi –le monde est petit parfois !-

Deux autres amies parmi lesquelles Muriel Robin –pas la vraie bien sûr- mais une copie presque parfaite à tous les points de vue.

Enfin deux couples qui voyagent souvent ensemble, le premier venant de La Baule-les-Pins et le second, originaire de Mulhouse, et qui, par son comportement à venir, s’avèrera comme le parfait couple de Bidochon. 

Bon, pour l’heure nous grimpons dans le minibus qui nous conduit jusqu’à notre hôtel, le Siyonat, où nous avons presque deux heures pour nous installer, nous changer, nous reposer aussi avant de partir à la découverte de la capitale.   

Addis Abeba compte environ quatre millions d’habitants. C’est une ville assez récente (construite à partir de 1887) à 2400 mètres d’altitude  sans grand intérêt historique ou architectural. Hormis quelques grandes avenues, c’est un agglomérat de masures avec leur petit lopin de terre où les Éthiopiens élèvent leurs animaux. Peu à peu ces maisons sont démolies pour laisser place à de grands immeubles ultramodernes. Pour l’instant la ville se présente comme un vaste chantier à ciel ouvert. Je pense que dans cinq ans la ville sera méconnaissable.

voyage, ethiopie, addis abeba

 

voyage,ethiopie,addis abeba

 

La misère est présente à chaque coin de rues, avec son lot de mendiants, d’estropiés et d’enfants.

voyage, ethiopie, addis abeba

 

voyage, ethiopie, addis abeba

voyage, ethiopie, addis abeba

Nous visitons sucessivement l’université et le musée ethnologique situé dans un des ex palais de l’empereur  Haïlé Sélassié, le musée national d’archéologie, puis nous grimpons sur la colline d’Entoto pour admirer une vue d’ensemble de la ville.

voyage, ethiopie, addis abeba

 Pause déjeuner puis visite de la cathédrale de la Sainte-Trinité et enfin arrêt devant la gare ferroviaire qui est en cours de réhabilitation. C’est une compagnie italienne qui est en charge de remettre en fonction l’unique voie ferrée du pays reliant Addis Abeba à Djibouti.

voyage, ethiopie, addis abeba

 Nous sommes de retour à l’hôtel vers 18 heures. La nuit ne tarde pas à tomber et l’air a considérablement fraîchi, la polaire s’impose. Le guide nous quitte en nous donnant rendez-vous le lendemain pour 7h30.

Les autres membres de notre groupe ont prévu de dîner à l’hôtel à 21h. Pourquoi si tard ? Va savoir Édouard ! Probablement pour se changer pour le dîner… Donc Sonia et moi décidons de ressortir pour trouver un restaurant. C’est assez laborieux car il n’y a pas grand-chose ; finalement nous atterrissons dans un restaurant allemand pour bouffer une pizza !

Quand nous rentrons à l’hôtel une heure plus tard, les autres sont réunis dans le salon. Effectivement tout le monde s’est mis sur son trente-et-un !

— Bon appétit, vous voudrez bien nous excuser mais nous venons de dîner. Bonne nuit et à demain !

Si Sonia et moi voyageons ensemble, nous avons néanmoins chacune une chambre individuelle afin de préserver une certaine indépendance.

 

 

À suivre

samedi, 01 mars 2014

33. Envoutante Éthiopie


podcast

Me voilà de retour depuis ce matin après avoir parcouru plus de 3200 kilomètres sur les routes et les pistes du sud de l'Éthiopie.

Avant de commencer mon carnet de voyage, je vous propose quelques photos de ce pays aux multiples visages :

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

voyage, afrique, ethiopie

18:54 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : voyage, afrique, ethiopie

samedi, 15 février 2014

32. À bientôt


podcast

Bon, ça y est, Tinou est partie ce matin en voyage. Elle atterrira demain matin à Addis Abeba, en Éthiopie et après que vogue la galère ! Balade en pirogue sur un lac infesté de crocodiles - un paysan a été bouffé il y a encore quelques jours seulement par un de ces monstres -, deux nuits en pleine nature - elle s'est achetée un sac de couchage pour l'occasion !-, visite chez les Mursi qui reçoivent les gens armés de Kalachnikov ; bref, j'en passe et des meilleures !

Espérons que cela lui redonne un peu le moral car en ce moment elle est plutôt dans le creux de la vague ...

Beauval 1 655a.jpg

Bon, sur ces bonnes paroles, je vous dis à bientôt et vous donne rendez-vous le 1er mars !

04:12 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)