Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 février 2009

51. Carnet de voyage au Bénin -18-

Mardi 27 janvier : village de pêcheurs près de l’auberge de Grand Popo.

 

pecheurs1.jpgPetite balade le long de la plage immense et… déserte. Les pêcheurs sont déjà partis en mer. Un métier difficile, il faut passer la barre dangereuse avant d’atteindre la pleine mer. Et puis pour un résultat bien souvent médiocre, juste de quoi nourrir la famille.

 

pecheurs2.jpg

On comprendra aisément que dans ces cas-là, ils n’apprécient guère les quelques touristes qui viennent les harceler.

pecheurs4.jpg

 

 

Le village est calme, les enfants sont à l’école, les femmes dans les maisons.

pecheurs3.jpg

 

Quelques vestiges d’un passé colonial glorieux…

pecheurs5a.jpg

Petite sieste après le déjeuner, puis je remplis quelques cartes postales.

A la soirée, Adrien passe à l’auberge. Demain nous avons en effet prévu d’aller nous balader au Togo tout proche, la frontière n’est qu’à 16km.

Nous nous donnons donc rendez-vous pour le lendemain matin à 8h !

 

À suivre…

Ah j’oubliais de vous montrer …

Ça !

bus1.jpg

Il s’agit d’un hôtel roulant, il vient tout juste de s’installer près de l’auberge, sous les cocotiers. Ses occupants, une trentaine d’Allemands pas très jeunes et assez bedonnants vont arriver demain. Si je me permets de dire ça, c'est que je les ai vus.

Ce bus leur sert d’hôtel pour la nuit. Trois semaines en Afrique, de Tunis à Dakar, en passant par le Niger, le Mali. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi je ne me vois pas dormir dans ces caissons !

Voir le lien, ICI.

bus2.jpg

 

 

07:35 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, bénin, afrique

mardi, 17 février 2009

50. Le Bénin insolite (1)

 

Tout le long des routes du Bénin fleurissent ces petites échoppes qui, dans des flacons divers, vendent de l’…

Non, vous n’y êtes pas du tout ! Ce n’est pas de l’huile de palme, mais de l’essence.

Bénin 1 133a.JPG

Les Béninois vont acheter de l’essence au Nigéria car elle est vendue moins chère, puis ils la revendent au bord de la route. C’est interdit mais le gouvernement ferme les yeux car ça fait vivre beaucoup de monde.

Bénin 1 135a.JPG

titrelivre1a.jpgJe viens de commencer la mise en page de mes photos pour l’édition d’un (plutôt 2) livre sur le Bénin. Travail fastidieux…

J’ai déjà choisi la couverture. J’attends vos critiques !

Bénin 1 027a.JPG

18:42 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : voyage, bénin, afrique

dimanche, 15 février 2009

48. Carnet de voyage au Bénin -17-

Lundi 26 janvier : le cimetière marin de Grand Popo.

route.jpg

 

Comme je vous ai dit hier, les quatre jours qui suivent vont être consacrés au farniente. Ce matin, je me réveille tôt comme à l’habitude. Je retrouve mes amis pour le petit déjeuner et nous partons ensuite faire une balade à pied sur la longue route qui longe la mer.

ecole.jpg

Cette route est parallèle à la route principale et la rejoint à environ trois kilomètres plus à l’ouest. resto.jpgTout le long, nous trouvons des maisons, une école primaire, quelques échoppes, deux ou trois « maquis », ces petits restaurants locaux. Puis vient le cimetière, un bel endroit ombragé donnant directement sur la plage. C’est en regardant les dates de décès qu’on s’aperçoit que les gens meurent relativement jeunes ici… Très peu atteignent les 60 ans ! Effectivement on voit peu de personnes âgées. Mais à la différence de chez nous (j’entends par ce chez nous nos civilisations dites évoluées ) les vieux sont respectés, protégés, entourés de leur famille. Des notions que nous avons oubliées depuis déjà un certain temps.

On retrouve le même égard dû aux anciens dans les pays asiatiques ainsi que dans les pays du Maghreb.

Mais chez nous, les vieux dérangent. Ils deviennent un fardeau dont on essaie de se débarrasser au plus vite. Au rebut les vieux ! Ils ont fait leur temps, et en plus ils sont moches et ils puent. Place aux jeunes !

Naturellement j’exagère, j’exagère toujours tout. Je connais quelques familles où l’on prend soin –encore- de ses anciens. Mais, si on réfléchit bien, tout n’est qu’une question d’éducation. Si l’on n’apprend pas la notion de respect aux enfants, comment voulez-vous que plus tard ils soient respectueux envers leurs géniteurs ? Et lorsque je vois la façon dont se comportent aujourd’hui certains parents, incapables d’éduquer leurs enfants, je me dis qu’ils se préparent une sacrée vieillesse ! Mais d’ici là, nous serons devenus éternellement jeunes… NOUS LE VALONS BIEN ! A force de l’entendre dire à la télé, certains et certaines vont finir par le croire vraiment.

cimetiere1.jpg

 

Mais revenons à nos moutons : un joli petit cimetière, ouvert sur la mer, lieu de refuge des chiens du coin, avec des tombes colorées.

cimetiere2.jpg

 

J’ai trié les photos d’enfants prises durant mon voyage. Voici le donc le diaporama :

 

ENFANTS DU MONDE 3

ciemetiere3.jpg

10:25 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, bénin, afrique

samedi, 14 février 2009

47. Carnet de voyage au Bénin -16-

Dimanche 25 janvier : Ouidah, Ganvié et l’adieu (fin)

 

Après Ouidah, nous remontons dans les minibus en direction de Ganvié.

Ganvié est une bourgade lacustre située au nord de Cotonou et construite dans le delta du fleuve Ouémé.

ganvie1.jpg

 

L’origine de Ganvié remonterait au début du XVIIIe siècle. Les populations fuyant les razzias esclavagistes s’étaient réfugiées dans cette zone de marécages. Ainsi plusieurs villages lacustres virent le jour, Ganvié étant le plus important. Cette zone est appelée « la Venise verte de l’Afrique ». 

ganvie2.jpg

Toute la vie se passe sur l’eau, les maisons sont construites sur pilotis, le toit de la maison étant recouverte de chaume. Malheureusement peu à peu la tôle qui ne demande aucun entretien particulier remplace le chaume. Les habitants de Ganvié sont des pêcheurs avec une technique toute particulière pour l’élevage des poissons, retenus dans des parcs faits de tiges de bambous.

La petite histoire nous dit que certains endroits furent colmatés afin d’obtenir des zones de terre ferme où les enfants pouvaient apprendre à marcher.

ganvie3.jpg

Si les touristes peuvent se promener à leur gré au milieu des ruelles flottantes, il est toutefois bon de signaler que l’accueil d’une partie de la population reste glacial. La faute à qui ? … A des photographes qui se sont enrichis en vendant leurs clichés un prix fou sur le dos des gens du coin. Alors, touristes, respectez un peu la vie privée des gens, s’il vous plait ! Vous n’êtes pas dans un zoo.

hotelgan4.jpg

Ceci étant dit, je continue mon récit : nous nous arrêtons déjeuner à l’auberge Germain, situé en plein cœur de la cité lacustre. Le propriétaire des lieux a ouvert deux chambres pour d’éventuels touristes qui se seraient perdus sur les canaux. L’endroit ne manque pas de charme, une exposition de tableaux réalisés par des artistes locaux orne l’entrée de la salle du restaurant. C’est d’ailleurs là que j’ai acheté mon tableau. 

hotelganvie.jpg

 

 

Il a de l’ambition, Christopher ! C’est bien, mais… Ganvié reste Ganvié, c'est-à-dire un endroit loin de tout, sûrement infesté de moustiques quand le soleil se couche. Et une fois que vous vous êtes baladés une heure sur les canaux, il n’y a plus rien à faire. Je vois mal des hordes de touristes venant passer une semaine dans cet endroit.   

Pour que le tourisme puisse évoluer, il faudrait déjà que la population en tire un quelconque profit, ce qui n’est pas le cas pour l’instant. Affaire à suivre donc dans les années à venir !

Nous avons très bien mangé. Nous quittons donc Ganvié, sa rue des amoureux, ses pêcheurs, et nous rejoignons la terre ferme.

cotonou.jpg

Maintenant direction Cotonou, nous sommes dimanche soir et la circulation est intense. Joseph nous emmène au Centre Artisanal, histoire de dépenser les quelques sous qui peuvent encore nous rester. Je suis un peu déçue car j’espérais bien aller à Dankopta, le grand marché de  Cotonou, mais sécurité d’abord. Nous sommes probablement trop nombreux pour déambuler sur le marché. Le centre artisanal présente moins de risque, c’est évident, mais c’est aussi moins couleur locale ! M’enfin…

Ensuite, nous nous rendons à l’hôtel du port, celui là même où nous avions dormi le soir de notre arrivée. Là, les partants se préparent pour le départ.

Nous allons ensuite dîner dans un restaurant situé un peu plus loin.

Allez, on évolue !...

Oui, Joseph ! Direction l’aéroport. aeroport2.jpg

Il y a un monde fou, normal, l’avion d’Air France vient d’arriver. Francis et Adrien déchargent les valises. Bises, au revoir Bernadette, au revoir Janine, Jean Claude fais gaffe à l’avenir, heureuse d’avoir fait votre connaissance, bon retour à tous !

Joseph accompagne le groupe jusqu’au hall des départs. Voilà c’est la fin du voyage … pour eux, car moi je reste ! Et avec moi, le père Noël et sa femme, la charmante petite mère Noël.

Alors, après avoir fait nos adieux à Francis qui retourne chez lui à Porto Novo, nous reprenons la direction de Grand Popo où nous arrivons vers 22h !

Ce fut encore une journée bien remplie. Heureusement à partir de demain c’est farniente assuré.

 

À suivre…

 

Diaporama :Cité lacustre de Ganvié

15:08 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : voyage, bénin, afrique, ganvié

vendredi, 13 février 2009

45. Carnet de voyage au Bénin -15-

Dimanche 25 janvier : Ouidah, Ganvié et l’adieu

 

Ouidah est une ville qui compte aujourd’hui 25 000 habitants, des descendants des ethnies Fon, Xweda , mais aussi de nombreuses familles dites « brésiliennes » car ce sont d’anciens esclaves qui, après leur libération, ont décidé de revenir sur la terre de leurs ancêtres. Plus récemment, on compte aussi quelques Américains noirs.

ouidah5.jpg

Ouidah est en effet connue pour avoir été l’un des principaux lieux de la traite négrière en Afrique. Les premiers à effectuer le commerce des esclaves furent les Portugais. Ils avaient besoin de main d’œuvre pour remplacer les Indiens au Brésil. Vinrent ensuite les Hollandais, les Espagnols. Suivirent enfin les Anglais et les Français.

Il fallut aller les chercher de plus en plus loin à l’intérieur des terres jusqu’au Niger. Ces esclaves étaient ensuite enchaînés les uns aux autres et devaient faire le trajet jusqu’à Ouidah à pied. Cela pouvait prendre de nombreux jours. Arrivés à Ouidah, ils étaient alors regroupés sur la place Chacha, face à la maison fastueuse du négrier Felix de Souza.

C’est là que débute notre visite de « La route des esclaves », site classé par l’Unesco.ouidah1.jpg

 La place des enchères :

C’est donc sur cette place que les esclaves étaient échangés contre des armes, de l’alcool , diverses pacotilles ou bien encore vendus comme du vulgaire bétail. De là, ils sont alors conduits vers

 

L’arbre de l’oubli :

A cet endroit, un rituel avait lieu. Il s’agissait de faire tourner les esclaves autour de l’arbre pour qu’ils oublient toute identité. Supercherie afin d’éviter toute rebellion. Les femmes effectuaient sept tours, les hommes neuf (en rapport avec les croyances ancestrales qui disent que les femmes ont 7 paires de côtes et les hommes 9).

 

Après les esclaves sont dirigés vers Zoungbodji où se dresse une immense case, appelée case Zomaï (zomaï signifie où la lumière ne peut entrer). Cette case était en effet hermétiquement close et les esclaves y étaient entassés afin de perdre toute notion de temps et de lieu.

De nos jours, un monument a été érigé à l’endroit où se tenait la case. Il illustre les différentes régions d’où provenaient ces hommes et ces femmes (Dahomey, Niger, Nigéria).

 

ouidah7.jpgLa fosse commune :

Profonde d’une dizaine de mètres, elle recevait les corps des esclaves morts ou malades. En 1992 un Mémorial a été érigé sur l’emplacement de la fosse. La couleur marron symbolise les esclaves. Le noir rappelle les chaînes du cou et des pieds. Enfin le rouge symbolise leur sang et leurs souffrancese.

 

L’arbre du retour :

Avant de quitter définitivement le sol africain, les esclaves tournent trois fois autour de cet arbre. Ce rituel vise à assurer le retour de leurs âmes en Afrique.ouidah4.jpg

Cet arbre fut planté en 1727 par le roi Agadja.  Il est considéré comme sacré et demeure un lieu de  danse pour les adeptes du Vodoun.

 

Après ce dernier rituel, les esclaves parcourent les 3,156 km qui les séparent de la plage.

Cette route est jalonnée de  21 statues, œuvres de sculpteurs contemporains, représentant les symboles des rois d’Abomey.

Nous arrivons peu après sur la plage.

 

ouidah2.jpgLa porte de Non Retour

Ce monument fut inauguré le 30 novembre 1995 par le président du Bénin, Nicéphore Soglo en présence du secrétaire général de l’ONU, Boutros Boutros Ghali  et d’autres personnalités.

« Franchir cette porte constitue la dernière étape de la Route de l’Esclave de Ouidah, la dernière marche vers l’ailleurs. Il s’agit parallèlement de l’étape de la désespérance et de la désolation. Arrivés au bord de la mer, les esclaves qui n’en peuvent plus mangent du sable ou s’égorgent avec leurs chaînes, préférant mourir sur la terre de leurs aïeux plutôt que de la quitter. Ceux qui demeurent en vie atteignent les vaisseaux en pirogue. Dans ces bateaux ils sont assis et alignés comme des sardines. Les uns résistent jusqu’à destination, les autres meurent au cours du trajet et sont jetés en mer. » Extrait du fascicule écrit par Mathieu Kiki, « La Route de L’Esclave de Ouidah »

ouidah3.jpg

 

Diaporama : La route de l'Esclave de Ouidah.

ouidah6.jpg