Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 février 2009

35. Carnet de voyage au Bénin -9-

Après cette journée éreintante à traquer les animaux sur les pistes poussiéreuses de la Pendjari, que diriez-vous d'une petite pause, histoire de se refaire une santé ?

C'est surtout parce que je n'ai pas trouvé le temps pour écrire la suite de mon périple !

Nous voici donc à l'hôtel de la Pendjari, le seul hôtel dans un rayon de 100km... Un petit plongeon dans la piscine ?

hotel2.jpg

17:44 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, bénin, afrique, pendjari

jeudi, 05 février 2009

33. Carnet de voyage au Bénin -8-


podcast

Mardi 20 janvier : parc de la Pendjari

carte4.jpg

 

Réveil exceptionnel à 5h30. Il faut en effet pénétrer dans le parc assez tôt pour avoir la chance d’observer les animaux aux différents points d’eau. Trois 4x4 sont mis à notre disposition pour la visite et nous sommes accompagnés par trois guides locaux.

Renseignements sur le parc ICI.

pen53.jpg

Nous pénétrons dans la réserve à Batia. Après une dizaine de kilomètres de piste traversant la zone de chasse – la chasse est en effet  autorisée dans le parc à des dates très précises- nous arrivons bientôt à la mare Bari : premier contact avec la faune sauvage ! Les crocodiles se reposent sur les berges, une antilope vient se désaltérer et un héron cendré est à la recherche de poissons.  

Nous déambulons ainsi sur les pistes à la découverte des animaux. La chasse aux photos est ouverte : je dois dire que je démissionne assez vite. Tout d’abord, prendre des photos depuis l’intérieur du 4x4 est mal aisé, et le temps que je règle mon objectif, soit l’animal s’est enfui, soit je loupe la photo car quelqu’un se met devant au moment où je clique !

Remarquez, je m’en doutais bien un peu. J’ai beau avoir un objectif relativement puissant, les animaux sont trop éloignés pour espérer de gros plans. Aussi ma déception est toute relative. Le spectacle reste grandiose.

pen27.jpg

Au nord du parc, nous longeons un temps la rivière Pendjari qui sert de frontière avec le Burkina Faso. C’est là que nous, ou plutôt devrais-je dire les autres ont aperçu un éléphant, parce que j’avais beau regarder dans la direction indiquée, je n’ai rien vu. Alors j’ai pris au pif une photo… que voici ! Effectivement on distingue vaguement un éléphant.

pendjari3.jpg
pendjari6.jpg

Pour le déjeuner, nous nous rendons à l’hôtel de la Pendjari, situé au cœur de la réserve. C’est un endroit magnifique et nous allons y passer la nuit. Voici ma chambre :

pendjari5.jpg

Nous reprenons le safari à 15h30 jusqu’au coucher du soleil.

Il fait très chaud, nous bouffons beaucoup de poussière et je finis par me lasser très vite. Par chance, juste avant de rentrer à l’hôtel, nous tombons sur …

pendjari4.jpg

 Magnifique, n’est-ce pas ?

Bon, il est temps d’aller prendre une bonne douche maintenant !

 

A suivre…

 

Diaporama : La Pendjari

 

11:47 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : voyage, bénin, afrique, pendjari

mercredi, 04 février 2009

32. Carnet de voyage au Bénin -7-

Lundi 19 janvier : de Parakou à Tanguiéta, suite et fin.

 

carte3.jpgAprès cette pause très agréable, nous reprenons la route.

Nous voici maintenant dans la ville de Natitingou, le fief de notre guide. Il nous arrête devant une poste pour acheter des timbres. Je profite de l’occasion pour poster la plupart des lettres que Thierry m’a confiées. Il a en effet dessiné un timbre sur le Bénin et je suis chargée d’envoyer une dizaine de lettres. A ce propos, Jo, tu devrais en recevoir une, regarde bien l’enveloppe ! 

nati1.jpg

Après la corvée de la poste, c’est l’arrêt achat de souvenirs dans une boutique artisanale située un peu plus loin sur une large avenue. Je résiste encore à toute tentation !  

 

Nous atteignons enfin Tanguiéta en fin de soirée. Auberge agréable dans une forêt. Chaque chambre est située dans une case qui rappelle celles visitées le matin même, avec le confort en plus.Voici la mienne :

tanguieta.jpg

Nous dînons dehors, à la lumière de bougies et nous avons droit à un spectacle de danse locale effectuée par des jeunes. J’ai totalement loupé la vidéo ! Sans doute est-ce dû au fait que j’ai bu deux cocktails… Il me faudra un certain temps pour récupérer tous mes esprits.

Au menu du soir : un EXCELLENT COUSCOUS dans lequel j’ai mis un peu trop de piment ce qui m’a achevée pour le reste de la soirée !

Demain, c'est du sérieux : nous pénétrons dans le parc de la Pendjari !

 

 

A suivre…

 

Voici le diaporama de cette journée : BÉNIN -3-

tanguieta2.jpg
nati2.jpg

31. Et si nous parlions des ONG ?

Durant le circuit, nous avons vu bien des villages miséreux où les gens font encore des kilomètres pour trouver de l’eau. Dans ces villages, point d’ONG.

Nous avons traversé bien des villes importantes, en particulier Cotonou, la capitale économique. Pour trouver les ONG, c’est facile : chercher les meilleurs hôtels et vous y trouverez tous les 4x4 rutilants de ces organisations qui se prétendent au service de la misère dans le monde. Je ne suis pas la seule à faire ce constat. Un ami qui a passé plusieurs mois au Cambodge a remarqué la même chose. Il était revenu scandalisé !

Ne vous y trompez pas ! Je ne mets pas TOUTES les ONG dans le même panier. Il en existe qui font un réel travail d’aide et de soutien aux populations. Mais de dangereuses dérives ont déjà été signalées. Cela laisse quand même bien songeur, non ?

Lire absolument cet article de presse. 

Je tire mon chapeau à toutes ces associations de bénévoles qui œuvrent sans tapage médiatique mais efficacement –dans la mesure de leurs moyens- à améliorer la scolarisation des enfants. Je pense en particulier à l’association Joigny Baobab car lors de mon séjour à Grand Popo, j’ai pu faire la connaissance de Sylvie et Michel et discuter de leurs projets.

Leur association s’occupe d’un collège et d’un lycée à Kilibo. Elle finance également des jeunes qui veulent poursuivre les études après le bac. Il faut savoir que l’état béninois ne propose des bourses d’études qu’à partir de la deuxième année universitaire.

ecolegdpopo.jpg

 

Pour ma part, j’ai fait la connaissance de monsieur Alphonse, le libraire situé juste à côté de l’école primaire de Grand Popo. Je vais lui envoyer des livres scolaires. Cette librairie a été crée par une ONG locale, l'Apretectra.alphonse.jpg

C’est une petite cahute où sur quelques planches on trouve une dizaine de crayons, quelques cahiers et sur une étagère deux ou trois livres d’école datant d’avant guerre ( bon j’exagère, mais enfin…). A l’intérieur de la cahute se trouve une grande poubelle en plastique remplie d’eau sur laquelle est posé un bol. Les enfants s’y arrêtent en sortant de l’école et viennent boire avant de reprendre leur long chemin jusqu’au village. Les plus petits ( 4,5 ans) parcourent ainsi 8km par jour pour aller à l’école. Ça laisse tout de même songeur quand on pense que chez nous c’est tout juste si on ne rentre pas la voiture dans la cour de l’école !

L'uniforme est obligatoire dans les écoles béninoises et il reste à la charge des parents.

enfantsecole.jpg

11:39 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ong, afrique, bénin

30. Carnet de voyage au Bénin -6-


podcast

Lundi 19 janvier : de Parakou à Tanguiéta, première partie. 

Nous quittons l’auberge de Parakou vers 8h du matin. Adrien et Francis ont installé les bagages sur les minibus. Vous remarquerez qu’à chaque fois, ils prennent soin de bien les bâcher afin d’éviter la poussière !

francis.jpg

Nous filons aujourd’hui en direction du nord-ouest vers le parc de la Pendjari.

Première halte sur la route, tout près de la forêt d’Ouêmé.

Bénin 1 343a.JPG

 

Deuxième pause dans la ville de Djougou, le temps de quelques photos :

djougou.jpg

 

Un peu plus loin, nous nous arrêtons dans une école primaire. Les classes sont surchargées et les moyens bien faibles. Pour parer au manque d’enseignants, ce sont les militaires qui font la classe parfois. Ambiance ICI.

ecole1.jpg

A Kopargo nous quittons la route principale et nous nous dirigeons vers le village de Taneka Koko (qui signifie sous la pierre). Ce village est situé au flanc d’une colline dans une végétation luxuriante. Pour plus de détails cliquez ICI.

taneka.jpg

Là, un guide local nous prend en charge et nous donne de plus amples explications sur la construction des cases. Enfin, nous nous rendons vers l’arbre à palâbres pour rencontrer…

Devinez quoi ? Devinez qui ? Mais oui, bien sûr, c’est lui !

chef.jpg

 

VOICI DONC LE FAMEUX FÉTICHEUR, l’homme au cache-sexe en peau de babouin.

Ah, non, je me suis trompée, lui c’est le chef du village. Flûte, où ai-je donc mis cette fameuse photo. L’aurais-je effacée par erreur ?

Ouf, la voici :

feticheur.jpg

 

Vous allez encore dire que je suis mauvaise langue, mais, à y regarder de plus près, il semblerait que son cache-sexe laisse apparaître quelques débordements peu orthodoxes. Enfin, ce que j'en dis, n'est-ce pas... Bah, mesdames, alors, quelle est cette façon de vous rapprocher ainsi de votre écran ?

Le rôle du féticheur est primordial dans le village. Il règle bon nombre de conflits entre les villageois, peut guérir les maladies. Il est très écouté et respecté. Ce n’est pas un sorcier, il ne jette pas de mauvais sorts comme on aurait pu le croire au préalable. C’est plutôt une sorte de médiateur-guérisseur, l’ange gardien des villageois.

On devient féticheur de père en fils. Enfin, sachez qu’il est toujours vêtu ainsi.

Après cette visite intéressante, nous reprenons les bus et nous arrêtons un peu plus loin pour pique-niquer sous les manguiers.

 

A suivre ...

 

Je prévois de mettre un diaporama sur cette note au cours de la journée. Patience !

08:48 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, bénin, afrique