Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 mai 2009

167. Carnet de voyage au Maroc -6-


podcast

En route pour Ouarzazate !

carte2a.jpg

 

Mercredi 13 mai : lever à 5h45. Départ en grand car à 7 heures. Pour une fois, je réussis à avoir une place à l’avant ce qui va me permettre de photographier la route.

Notre guide s’appelle Mohamed. Durant tout le trajet il donnera les informations en français et en anglais car il ya avec nous des Lituaniennes et des Néerlandais ne parlant pas français.

La route qui va de Marrakech à Ouarzazate n’est qu’une longue succession de virages à travers le Haut Atlas sur plus de 200km.

Maroc 1 644a.JPG

Très vite je suis rejointe à l’avant par une Lituanienne qui a l’estomac dans les chaussettes.

Maroc 1 662a.JPG

Nous franchissons le col du Tizi-n-Tichka qui culmine à près de 2300m d’altitude. En sortant du car pour un arrêt pipi, je me dis qu’une petite laine n’aurait pas été superflue !

Maroc 1 659a.JPG

Et c’est reparti. Le paysage est vraiment grandiose, les couleurs du sol varient, passant de l’ocre au marron foncé, puis au rouge.

Maroc 1 677a.JPG
Maroc 1 681a.JPG
Maroc 1 693a.JPG

A une trentaine de kilomètres de Ouarzazate, nous bifurquons pour aller contempler le ksar de Aït-Benhaddou, un des plus beaux de tout le sud marocain. Dans ce village fortifié vivent encore 5 familles. Les autres habitants se sont installés en dehors du ksar. Le site est inscrit depuis 1987 au patrimoine mondial de l’Unesco.

Ah mais, ne serait-ce pas Peter O'Toole que j’aperçois là-bas, au loin, tout de blanc vêtu sur son cheval ? Mais oui… Des scènes du film « Lawrence d’Arabie » furent effectivement tournées dans ce décor enchanteur et d’autres réalisateurs continuent de venir ici pour des tournages.

Maroc 1 754a.JPG

Bienvenue à OUARZAWOOD ! La ville est en effet le Hollywood africain.  Plusieurs studios de cinéma y sont implantés. Le dernier en date est celui financé par Djamel Debbouze. Je pense qu’on doit pouvoir visiter les lieux, mais ce n’est pas prévu dans notre programme, faute de temps.

Parmi les films tournés dans ces studios –la plupart sont américains- citons :

Sodome et Gomorrhe de Robert Aldrich en 1962,  Le diamant du Nil avec Michael Douglas en 1985, Gladiateur de Ridley Scott en 2000, Astérix et Obélix : mission Cléopâtre d’Alain Shabat en 2002, Alexandre d’Oliver Stone en 2004…

 Le développement cinématographique explique l’essor de ce qui n’était auparavant qu’une petite ville de garnison sans grand intérêt.

Maroc 1 711a.JPG

Aujourd’hui la ville nouvelle offre une multitude d’hôtels, de restaurants. Enfin, la présence d’un aéroport permet à ceux qui veulent faire un circuit dans le sud marocain d’éviter le trajet routier Marrakech-Ouarzazate.

 

Pause déjeuner dans un très beau restaurant, puis visite au pas de course de la casbah de Taourirt, l’ancienne demeure du pacha de Marrakech. Personnellement j’aurais aimé avoir un peu plus de temps pour flâner dans les ruelles …

Et c’est là, au détour d’une rue, que je me suis retrouvée face à :

Maroc 1 741a.jpg

Comme il me demandait une cigarette, je lui ai dit : c’est du donnant donnant. Par contre je te prends en photo !

Il est figurant dans les films. Belle gueule, non ? Il me fait penser un peu à Chabal, mais avec des traits beaucoup plus fins. J’en suis restée toute chose.

Bref, il a fallu que je cours pour rattraper le groupe. Pfff… ça n’est pas une vie !

On remonte ensuite dans le car et retour sur Marrakech. Cette fois, je me suis installée tout au fond pour une petite sieste !

Maroc 1 768a.JPG
Maroc 1 799a.JPG

C’est peu avant l’arrivée à Marrakech que je me suis aperçue que mon portable ne fonctionnait plus. J’avais involontairement bloqué le code d’accès et il me fallait entrer le code PUK ( ?). Depuis je sais ce que c’est, mais sur le coup, ça m’a un peu perturbée. Cela ne m'a pas empêchée de prendre le coucher de soleil sur la palmeraie.

Maroc 1 803a.JPG

Aussitôt arrivée à l’hôtel j’ai donc téléphoné à ma fille pour lui dire que j’étais injoignable jusqu’à mon retour de façon à ce qu’elle ne se tracasse pas.

Bien, maintenant passons aux choses dérieuses. Vous êtes prêts pour monter dans le car ? Avez-vous pensé à prendre votre petite laine car en haut du col il fait frisquet.D'autre part, je conseille à ceux qui sont malades en car de prendre les places à l'avant. Cela évitera des arrêts fréquents !

Allez, en route !

Marrakech-Ouarzazate 1

Marrakech-Ouarzazate 2

A suivre

 

09:57 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, maroc, ouarzazate, atlas

jeudi, 21 mai 2009

166. Carnet de voyage au Maroc -5-

Mardi 12 mai, suite et fin : le palais de la Bahia.

 

Un petit taxi jaune s’arrête aussitôt :

Vous pouvez me conduire au palais de la Bahia ?

Les rues ne sont pas très larges, cela vous ennuie si je vous laisse un peu avant ?

Pas de problème !

Et le taxi démarre. Me voici à un croisement de deux ruelles. Je demande mon chemin et j’arrive bientôt devant la porte du palais. Tiens, c’est fermé ? J’insiste, je commence à pousser la vieille porte branlante avec mon épaule. Pour un peu j’aurais bien tout démoli quand mon regard est attiré par une affiche collée sur la porte :

Ouverture de 14h45 à 17h45.

Je regarde ma montre, il est 14h30… Ouf, je ne suis pas venue pour rien.

 

La lourde porte s’entrouvre effectivement à l’heure indiquée et je pénètre dans le jardin d’entrée. Je vais enfin pouvoir visiter à mon rythme, pas comme la dernière fois (en 2004) où tout avait été fait au pas de charge. Je m'attarde un bon moment dans ce petit jardin rempli de fleurs (jacarandas, bougainvillées, daturas etc.)

 La Bahia signifie la Belle, c'est à dire la favorite du vizir. 

Maroc 1 465a.JPG

Cette magnifique demeure construite à partir des années 1880 appartenait au vizir Ba Ahmed. Elle s’étend sur environ huit hectares. Toutes les pièces ont été conçues de plain-pied (à l'exception d'une maison) en raison de l’embonpoint du vizir ! Les colonnes sont en marbre d’Italie, les plafonds en cèdre peint avec des puits de lumière. C’est une véritable merveille architecturale.

Maroc 1 496a.JPG

Je vous laisse le loisir de contempler :

Le palais de la Bahia.

 

Je ressors enchantée de cette visite malgré la foule et je m’enfonce dans les ruelles sombres de la Médina.

Maroc 1 588a.JPG

 

Finalement j’aboutis sur la place Jemaa-el-Fna et j’en profite pour faire une pause. Il est vrai que je n’ai pas déjeuné.

Maroc 1 590a.JPG

Je choisis donc une autre terrasse surplombant ce vaste espace et je reste là au moins une heure à déguster de délicieux gâteaux et faire des photos. Comme le soleil décline peu à peu, je décide de rejoindre l’hôtel. Demain je pars pour Ouarzazate.

Hep ! Taxi !

Maroc 1 628a.JPG

 

À suivre

Maroc 1 625a.JPG

mercredi, 20 mai 2009

164. Carnet de voyage au Maroc -4-

La vallée de l'Ourika :

ourika.jpgMardi 12 mai :
podcast

Lever à 6 heures et petit déjeuner sur la terrasse de l’hôtel, au sixième étage, sous une tente berbère. Le fond de l’air est assez froid.

À 8h30 un bus vient me chercher pour me conduire au lieu de rendez-vous. Nous sommes environ une vingtaine de personnes à faire cette excursion. Nous quittons peu après Marrakech en direction du sud, vers Setti-Fatma.

La vallée de l’Ourika est un endroit privilégié car la température y est de 10 à 15 degrés de moins que dans la ville. Nous pénétrons donc dans les montagnes de l’Atlas. La route est verdoyante et la rivière serpente  en bouillonnant dans le contrebas bordé de champs et d'arbres.

Après une première pause pipi (et photo), nous nous arrêtons bientôt dans un village berbère (un douar) pour visiter une habitation traditionnelle faite en pisé.

Maroc 1 363a.JPG

Nous sommes accueillis par une jeune femme qui nous propose de nous installer sur la terrasse de la maison d’où l’on a une très belle vue. La maison est construite sur une pente. Sous la maison se trouvent l’étable et le poulailler. Dans le petit jardin poussent des légumes  et des fleurs. Tout est assez rudimentaire mais plein de beauté. En hiver la température peut descendre fréquemment jusqu’à – 6°.

Maroc 1 366a.JPG
Maroc 1 382a.JPG

Après cette visite, nous avons droit à une démonstration de la préparation du thé, puis une dégustation de pain chaud que l’on trempe successivement dans l’huile d’olive (ou d’argan), puis sur du beurre et enfin dans le miel. Un délice, je ne vous dis que ça !

Maroc 1 369a.JPG
Maroc 1 372a.JPG

Nous reprenons ensuite le car. Un peu plus loin la route bifurque vers l’Oukaïmeden, station de ski la plus haute d’Afrique, le point culminant atteignant 3270 mètres. Ce qui n’est encore qu’une modeste station hivernale risque dans les années à venir de se transformer en un endroit beaucoup plus luxueux, réservé à une population  huppée. Espérons que le paysage des alentours ne sera pas trop détérioré par la construction de la nouvelle route !

Maroc 1 407a.JPG

Nous nous arrêtons ensuite à Aghbalou,le temps de contempler les nombreux petits restaurants installés au bord de la rivière. Hum, ça sent bien bon et j’aurais bien aimé que l’on puisse déjeuner sur place.

Maroc 1 430a.JPG
Maroc 1 417a.JPG

Mais ce n’est pas prévu au programme et c’est avec quelque regret que je remonte dans le car. Retour à Marrakech !

Maroc 1 420a.JPG
En cours de route, une touriste a été malade. Il a fallu s’arrêter au bord de la route. Elle s’est alors affalée dans l’herbe, puis a piqué sa petite crise : elle ne voulait pas qu’on la regarde, il a donc fallu que le car avance de quelques mètres. Son mari ne semblait absolument pas préoccupé. C’est le guide qui s’est chargé de passer un peu d’eau fraîche sur le visage de la jeune femme. Au bout d’une demi-heure (quand même !), elle est remontée s’asseoir et nous sommes rentrés à Marrakech aux environs de 14 heures.
Maroc 1 433a.JPG

 

Une fois à l’hôtel, j’ai préparé mon sac à dos et je suis ressortie me balader dans la Médina.

Hep ! Taxi !

À suivre

 

Maroc 1 410a.JPG

 

 

06:46 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, maroc, ourika, vallée

mardi, 19 mai 2009

163. Carnet de voyage au Maroc -3-


podcast

Je n'ai pas eu le temps de vous préparer une note sur la vallée de l'Ourika. Ce sera donc pour demain. Pour me faire pardonner, je vous propose donc de commencer la visite du jardin Majorelle.

Ce jardin fut créé par le peintre Jacques Majorelle, fils du célèbre ébéniste, Louis Majorelle. Arrivé en 1919 à Marrakech pour des raisons de santé, Majorelle achète un terrain et peu à peu il conçoit un magnifique jardin dans lequel on retrouve des espèces très diverses de cactées, palmiers et autres.  Jacques Majorelle décède en 1962 et la propriété est alors laissée à l'abandon jusqu'en 1980, date à laquelle le couturier Yves Saint Laurent et Pierre Bergé rachètent la demeure et restaurent petit à petit l'ensemble.

Maroc 1 129a.JPGEn 2004, les cendres d'Yves Saint Laurent furent dispersées dans le jardin et une stèle fut érigée afin de lui rendre un dernier hommage.

Le site suivant vous donnera plus de renseignements si cela vous intéresse : c'est ICI.

J'aime particulièrement les tableaux peints par Jacques Majorelle qui peut être considéré comme un peintre orientaliste. On retrouve dans ses toiles des scènes courantes de la vie berbère ainsi que les couleurs flamboyantes des casbahs. Pour exemple ces quelques toiles dénichées sur internet :

MAJORELLE1.jpg
MAJORELLE2.jpg
MAJORELLE3.jpg

Mais je papote, je papote, je vois bien que cela vous ennuie. Alors n'attendons pas plus longtemps et pénétrons dans ce lieu magique :

Maroc 1 251a.JPG

Le jardin Majorelle

Il y aura une suite !

 

lundi, 18 mai 2009

160. Carnet de voyage au Maroc -2-

Maroc 1 607a.JPG

Allez, je ne vous fais pas languir plus longtemps. Suivez-moi, nous allons rendre visite aux charmeurs de serpents  et aux musiciens sur la place Jemaa-el-Fna.