Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 février 2009

28. Carnet de voyage au Bénin -5-

Dimanche 18 janvier : de Dassa-Zoumé à Parakou

 

carte2.jpgLever à 7h en même temps que le soleil.

Dassa est une ville entourée de pitons rocheux. On dit qu’il y en a 41, mais en fait ils sont beaucoup plus nombreux et assez inhabituels dans cette région plate. Avant de reprendre le train nous partons donc à l’escalade d’une de ces collines, lieu de culte vaudou où des sacrifices rituels sont toujours effectués lors du décès d’une personne.

Evoluons, évoluons ! s’exclame Joseph.

dassa1 (2).jpg

On fait ce qu’on peut mon pauvre ami, aurais-je tendance à lui répondre en gravissant à grand-peine les rochers qui traversent  le village à flanc de colline et où les enfants et les adultes se déplacent avec la grâce et l’agilité des cabris.

dassa2 (2).jpg

 

Tout en haut, on a une jolie vue sur la ville. Une petite maison sert de temple et l’accès y est interdit. On peut cependant photographier depuis la porte extérieure les nombreux fétiches qui remplissent l’unique pièce.

dassa3 (2).jpg

Après ce petit moment sportif on retourne au train et le voyage se poursuit tranquillement plus au nord, jusqu’à la ville de Parakou.

Au menu du midi :

Lapin, pommes de terre et mangues. Hum, ces mangues, un vrai délice ! (le lapin aussi d’ailleurs).

Il est environ 17h lorsque le train arrive à son terminus.

Tout le monde descend ! La ligne ferroviaire ne va pas plus loin.joseph1.jpg Voici Joseph, notre guide.

Nous sommes logés à l’auberge de Parakou qui ne dispose que de 7 chambres. chambreparakou.jpgJ’obtiens la chambre 1, la seule qui soit au rez-de-chaussée. Un couple sera logé dans l’hôtel  voisin. C’est le fameux hôtel où le petit futé indique que l’état de l’établissement est vétuste et où l’on trouve différents insectes dans les chambres. Avec ma lampe je fais un tour détaillé de tous les coins et recoins, sous le lit. Ouf, il n’y a rien ! aubergeparakou.jpgEt l’endroit n’a vraiment rien de vétuste. Le seul inconvénient pourrait être le bruit dû à la rue. Personnellement cela ne m’a pas gênée. Ce n’est pas le cas de tout le monde.

Après la douche, je décide d’aller dans un cybercafé. Devant l’hôtel je hèle un « zem », ces motocyclistes-taxis qui se déplacent très aisément pour un prix très modique. Ils sont facilement reconnaissables car ils portent une chemise jaune avec un numéro d’identification. Il faut un certain temps pour trouver un endroit ouvert car nous sommes dimanche et beaucoup de magasins sont fermés, repos dominical oblige.

Mon zem s’appelle Hassan et comme il est sympa, je lui propose de venir me rechercher une heure plus tard pour me raccompagner à l’hôtel. Voici un extrait de la balade en moto.

Il est 19h lorsque je rejoins l’hôtel. C’est à ce moment-là que l’on apprend l’accident ! Un des touristes du groupe est tombé dans un trou. Et devinez qui c’est ? Oui, Jean-Claude. tranchée.jpg

En se rendant à l’hôtel voisin, il n’a pas vu que tout le long de la rue il y a une énorme tranchée servant à recevoir les eaux au moment de la saison des pluies. IVoici la fameuse tranchée photographiée de jour.Il faut dire que l’éclairage des rues est minimal, parfois même inexistant. Il s’est fait mal : le bras est bien écorché et il a probablement une côte fêlée. Par chance il y a deux infirmières dans notre groupe et il est aussitôt pris en charge. Il aurait pu effectivement se faire très très mal. Rassurez-vous : le reste du voyage s’effectuera sans autre incident pour notre ami Jean-Claude.

Nous passons peu  après à table. Au menu du soir :

Beignets d’aubergine, sauté de porc avec petits pois et riz, salade de fruits frais.

Je commence à ressentir les courbatures de la grimpette du matin !

 

A suivre…

Enfin, pour clore cette journée, voici le deuxième diaporama qui regroupe les photos prises entre Dassa-Zoumé et Parakou.

BÉNIN -2-

12:49 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, bénin, afrique

lundi, 02 février 2009

24. Carnet de voyage au Bénin -4-


podcast

Samedi 17 janvier : de Cotonou à Dassa-Zoumé, suite et fin.

 

Le train file à une allure pèpère à travers la campagne béninoise. Je me suis installée sur la plate-forme à l’arrière pour avoir un peu d’air et aussi pour pouvoir admirer à mon aise le paysage. Mais que se passe t-il  donc soudain ?

Jean-Claude est affalé sur son siège, cramoisi et haletant. Coup de chaud ! On lui allonge aussitôt les jambes, on lui applique une serviette mouillée sur le crâne duquel on a préalablement dévissé le chapeau. Ça fumait presque en-dessous ! Quelle idée aussi de garder sans arrêt un chapeau sur la tête, même à l’intérieur du train. Je pense qu’on aurait pu faire cuire un œuf sur le plat sur le dessus de son crâne.

Le voyage se poursuit donc… De temps à autre, on jette subrepticement un œil en direction de Jean-Claude pour voir s’il respire toujours. Sa femme soupire en haussant les épaules. Toutes les 5mn il asperge sa casquette d’eau puis la revisse sur son crâne. Il finit bientôt toute la bouteille, heureusement nous avons des réserves à bord !

Le soleil décline au moment même où nous arrivons en gare de Dassa-Zoumé. Adrien et Francis nous attendent sur le quai. Sans plus attendre, nous grimpons dans les petits bus (surtout le bus blanc qui fait penser à un bus pour enfants tellement les sièges sont exigus, mais à la guerre comme à la guerre, cela ne décourage pas les touristes que nous sommes). Je précise également que nous n’avions pas de climatisation à l’intérieur, ce qui entraînera quelque temps plus tard des conflits entre ceux qui ne supportent pas le courant d’air de la fenêtre et qui, hypocritement, en catimini, referment systématiquement la fenêtre  dès qu’on l’entrouvre. Je ne cite personne, chacun se reconnaîtra. Dans le clan des « avec air », on retrouvait le père Noël, la mère Noël et moi…

L’autre bus avait été squatté par la famille du sud-ouest. On peut comprendre aisément qu’ils aient eu envie de voyager ensemble et d’ailleurs cela n’a posé aucun problème. Seule Janine, la femme de Jean-Claude voyageait avec nous, devant, car elle était malade en voiture.

dassa1.jpg

Mais revenons au récit du voyage : nous arrivons à l’auberge de Dassa. Elle est située tout près de la gare dans un cadre de verdure très agréable au milieu duquel a été installé un élevage d’autruches.

dassa5.jpg

Chacun prend possession de sa chambre et après une douche salvatrice, nous nous retrouvons tous à table. Au menu :

Soupe de légumes légèrement épicée

Poisson avec riz

Bananes

Je n’ai pas mangé le poisson car je trouvais qu’il avait un goût de vase, comme ont souvent les poissons de rivière. Mais bon, je n’en ai pas fait une maladie, je n’ai même pas pensé à demander si je pouvais avoir autre chose.  

 

 

A suivre…

dassa8.jpg

08:55 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, bénin, afrique

dimanche, 01 février 2009

23. Carnet de voyage au Bénin -3-

Samedi 17 janvier : de Cotonou à Dassa-Zoumé

 

Au Bénin, le jour se lève à 7h et se couche à 19h. Aussi, le matin en me levant, voici ce que j’ai vu en ouvrant ma porte de chambre : le jardin intérieur de l’hôtel du port, avec, en toile de fond, les grues du port.

hotelport1.jpg

Le départ est fixé à 8h. Au dehors déjà, Adrien et Francis, les deux conducteurs, chargent les bagages sur le toit des deux minibus.

minibus.jpg

J’ai pris la précaution de changer de l’argent à la réception et bien m’en a pris car il s’avèrera que le change est une opération à haut risque. Vous verrez ultérieurement.

Nous quittons bientôt Cotonou en direction de Pahou, à 25km plus à l’ouest. C’est là que nous attend le « petit train d’ébène ».

En cours de route, je réussis à faire une vidéo qui n’est pas des plus réussies car le temps que je me prépare, nous étions déjà presque hors de la ville ! Voici quand même la vidéo.

Nous arrivons bientôt à Pahou, sa gare, son train. La ligne ne transporte plus de passagers depuis déjà un bon bout de temps. Seul un train de marchandises effectue le trajet Pahou- Parakou (le terminus) deux fois par semaine.

train1.jpg

Nous grimpons à bord, sous les yeux amusés des enfants, tandis que nos chauffeurs vont prendre la route avec les valises jusqu’à la destination du soir, à savoir la ville de Dassa-Zoumé.

La plate-forme située à l’arrière du train permet d’admirer le paysage tout le long du trajet.

A midi le train s’arrête à Bohicon. C’est là que nous allons pique-niquer. Jean-Paul, le cuisinier prépare les assiettes : au menu … euh, j’ai oublié de noter. Il me semble que nous avions du poulet avec du riz, puis des petites bananes très douces. Nous déjeunons à l’ombre dans le wagon-salon.

C’est au moment de repartir que la situation s’est très légèrement compliquée : panne ! (voir ici la vidéo).

Chacun s’occupe comme il l’entend. Certains se reposent à l’ombre, d’autres en profitent pour aller jeter un œil à l’extérieur de la gare ( comme moi et le père Noël, alias Jean-Marie).

Pourquoi ce sobriquet de père Noël  donné à Jean-Marie par les enfants ? Tout simplement parce qu’il arbore une superbe barbe qui lui donne l’air d’un vrai papa Noël. Durant tout le séjour, il aura droit à ce surnom, ainsi qu’à ceux de Jésus de Nazareth ou encore de Ben Laden !

Je papote avec un gamin qui m’apprend à jouer à l’awalé. Il veut que je le photographie. Je prends alors son adresse pour lui envoyer la photo. Mais quand je prends connaissance de ce qu’il a écrit, je me dis qu’il y a fort peu de chance qu’il la reçoive.

adresse.jpg

Joseph servira d’intermédiaire lors d’un de ses prochains passages dans la ville en téléphonant au père.

Jean Claude, l’un des hommes du groupe des gens du sud-ouest ne trouve rien de mieux que d’aller aider des gamins qui ramassent des grains de maïs jonchant le sol.

Jean Claude, est-ce bien sérieux en plein soleil ? Oui, je sais, tu portes un superbe chapeau de brousse qui te fait ressembler à un chasseur de fauves, mais enfin quand même, ça cogne…

Une paire d’heures plus tard et après un bidouillage typiquement africain, la machine se remet en mouvement.

En Afrique il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions. Allez, on évolue ! s’écrie alors Joseph.

Evoluons, évoluons… C'est-à-dire mettons-nous en route.

photo54.jpg

Le voyage reprend son cours, tranquille, nous traversons la campagne et quelques villages où les enfants se précipitent sur la voie en nous saluant chaleureusement. Les adultes aussi d’ailleurs. Jamais de ma vie je n’aurai dit bonjour autant de fois que durant ce voyage. Quand je pense qu’en France cela m’arrive si peu souvent. Quand on salue les gens, ceux-ci vous regardent comme si vous veniez d’une planète inconnue. Ici, c’est tout le contraire : sourires, grands gestes de bras, cris, chaleur humaine.

Bonjour ! bonne arrivée ! bienvenus !

 Que c’est bon de voir des gens souriants, j’avais oublié que ça existait encore. Et maintenant place au premier diaporama, BÉNIN -1- 

 

 

A suivre…

17:06 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : voyage, bénin, afrique

22. Carnet de voyage au Bénin -2-


podcast

Le jour du départ

 

Ça y est, le jour tant attendu est enfin arrivé ! Nos sommes vendredi 16 janvier et j’ai passé la nuit dans un hôtel proche de Roissy. A 9h je me rends à l’aéroport pour l’enregistrement des bagages. L’avion affrété par Afriqiyah est un airbus A-320 de la compagnie slovène Adria. Nous décollons vers 12h30 en direction de Tripoli.

Petite pause de deux heures à Tripoli ce qui me permet de faire une pause cigarette dans une bulle de la salle d’embarquement. Il faut bien reconnaître que l’accueil des Libyens est impeccable : des employés parlant français sont là pour nous diriger. Même si parmi eux il n’y a aucune femme !

Deux heures plus tard un bus nous conduit au pied de l’avion. Mais là, mauvaise surprise : les WC sont bouchés et nous sommes obligés d’attendre plus d’une heure dans le bus. Vous rajoutez la pause prière des employés sous les ailes de l’avion. Nous décollons donc avec un retard d’environ deux heures. Mais la plus mauvaise nouvelle est d’apprendre que l’avion se dirige vers le Cameroun ! Effectivement nous arrivons à Douala, sous un véritable déluge, pris dans un violent orage. Il ne reste qu’à croiser les doigts ! Heureusement l’atterrissage s’effectue sans encombre et l’avion est bientôt envahi par les familles camerounaises.

Nouveau décollage, cette fois-ci pour Cotonou où nous arrivons vers 2h30. A peine le pied sur la passerelle qu'une chaleur moite m'envahit aussitôt : bonjour l'Afrique !

aeroport.jpg

Là, les douaniers béninois  font preuve de zèle et l’on doit ouvrir les valises, remplir de la paperasserie, bref tout pour décourager le plus calme touriste qui soit. Celui qui fouille ma valise n’est pas déçu : il tombe sur mes sous-vêtements ! Dans le coup, il stoppe bien vite, un peu gêné semble t-il.

Joseph nous attend au-dehors avec la pancarte « Train d’ébène ». C’est là que je fais la connaissance des gens qui vont voyager avec moi : il y a d’abord quatre couples de la même famille venant du sud-ouest, puis un couple de la région bordelaise, et enfin Jean-Marie et Françoise qui deviendront très rapidement des complices incontournables et avec lesquels j’ai passé de très bons moments. Le lendemain Sylvie et Patrick qui habitent à Lagos, au Nigéria, se joindront au groupe.

Bénin 1 020a.JPG

Mais pour l’heure, Joseph nous conduit à l’hôtel du port, qui, comme son nom l’indique, se situe tout près du port de Cotonou. Je serai la dernière à me coucher car il y eut à ce moment un problème de clé qui ne correspondait pas. Je n’ai pas perdu au change puisque je me suis retrouvée dans une grande chambre donnant sur… Mais vous verrez !

 

 

 

A savoir : la monnaie en cours est le franc CFA. 1€ correspond environ à 655 FCFA. Un paquet de cigarettes coûte 1000 FCFA soit 1,52€. Un ananas vendu dans la rue coûte 150FCFA soit  22 centimes d'euros ! A ce prix là, il serait dommage de s'en priver. D'ailleurs j'en ai rapporté plusieurs dans mes bagages.

 

Il existe des pièces de 50,100,200, 250 et 500 FCFA et des billets de 1000, 2000, 5000 et 10 000FCFA.

billetbenin1.jpg
billetbenin2.jpg

 

A suivre

00:42 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : voyage, bénin, afrique

samedi, 31 janvier 2009

21. Carnet de voyage au Bénin -1-

podcast

Avant toute chose, il me semble utile de vous donner quelques renseignements sur le pays. Cela aide à la compréhension de bien des choses.

ScannedImage.jpg

 

Le Bénin occupe une superficie de 112 622 km2 , bordé par le Nigéria à l’est, le Niger et le Burkina Faso au nord, et le Togo à l’ouest.

La population était de 6 769 914 habitants en 2002, avec une forte immigration venant essentiellement du Niger et du Nigéria.

Le Bénin possède deux capitales. Cotonou, la ville la plus importante du pays,  est la capitale économique, tandis que Porto-Novo est la capitale administrative.

Le climat est tropical, chaud et humide, devenant de plus en plus sec au fur et à mesure que l’on pénètre vers le nord, avec un vent chaud et sec, l’harmattan, qui souffle en hiver sur toute l'Afrique occidentale.

La végétation est celle de la savane, herbeuse, arbustive.

 

Ancienne colonie française de l’Afrique occidentale française ( sous le nom de Dahomey), Le Bénin prit son indépendance le 1er août 1960. L’actuel président, Yayi Boni, fut élu en 2006 au deuxième tour avec une confortable majorité (74,51%). Il n’appartient à aucun parti politique.

 

Le taux de scolarisation est de :

60% à l’école primaire

12% dans l’enseignement secondaire.

Aujourd’hui, une grande partie de la population de plus de 15 ans reste analphabète.

 

Le taux de mortalité( en particulier la mortalité infantile)est élevé, la cause la plus importante étant le paludisme, suivi par le sida.

 

Enfin, l’espérance de vie est de 61 ans pour les femmes, 59 ans pour les hommes !

 

Premier sourire béninois :

Bénin 1 042a.JPG

 

A suivre…

16:45 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : bénin, afrique