Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 janvier 2008

Voyage au Sénégal, XIV


podcast

c89d7af2fef478261c1ca3f3adea21e9.jpgNotre visite de Saint-Louis continue, toujours en calèche. La ville connait une animation survoltée, beaucoup de familles arrivent pour les fêtes, d’autres partent…7082701296680726d7fb4ac6154e2e9a.jpg

8aad5f05576c493ac607215bf95cf261.jpgLe soir nous prenons notre dernier repas à bord : entre temps, j’ai reçu un message de ma fille. Je m’inquiète aussitôt car en règle générale nous ne communiquons que par textos. J’essaie de la joindre mais en vain, je n’ai pas de couverture ! Déjà trottent dans la tête toutes sortes de scénarios : mort d’un chat, cambriolage, accident de voiture… Que diable a-t-il pu se passer pour qu’elle essaie de me joindre ? Par chance, je réussis un peu plus tard à ouvrir le message. Elle avait des minutes en rabe sur son forfait et en profitait pour me téléphoner. Oh ! quelle frousse j’ai eu et,dans le coup, je me suis tapée trois cocktails pour me remettre…f7edab7f76d013e0ec77b2fdaa8f0f67.jpg

Au dîner qui fut excellent mais que j’ai oublié de noter dans mes tablettes, Sophie nous présente le programme du lendemain. Est-ce l’effet des cocktails ou la fatigue, toujours est-il que je n’ai pas très bien capté toutes ses indications. Je sais seulement que nous devons quitter le bateau à 8h du matin. Il faut donc boucler les valises dès ce soir…Il est temps de prendre la deuxième valise que j’avais emportée pour le retour,  sachant qu’à chaque fois je me retrouve trop chargée. Qu’est ce que je rapporte cette fois-ci ? Allons-y pour un inventaire à la Prévert :

-         4 sacs de cacahuètes

-         la famille hippopotame

-         1 bouteille de bissap ( alcool local) plus une bouteille gainée de cuir

-     1 bouteille de gingembre

-         2 grands saladiers en bois

-         2 dessous de plat tressés

-         1 masque africain

-         1 buste de femme en acajou

-         1 statue en ébène représentant le « penseur africain » ( stylisée).

-         1 coupe-papier en forme de crocodile

-         1 petit éléphant en ébène

-         divers bijoux (ça a le gros avantage de ne pas prendre de place)

-         1 livre sur Saint-Louis

-         des piments, du piment en sauce

-         et enfin deux baobabs !

 11a6535379a0d028edd02e68754a1613.jpgIl me semble avoir fait le tour, bien sûr il faudra rajouter les achats de dernière minute, à savoir un énorme hippopotame le lendemain, et diverses bricoles à l’aéroport pour liquider les francs CFA.

Mais pour l’instant, c’est le casse-tête : prévoir au dessus les vêtements d’hiver. Tiens à ce propos, j’ai récupéré mon manteau à l’hôtel La résidence !

La valise principale est bouclée définitivement, c’est l’essentiel. Quant à l’autre, elle devra s’adapter coûte que coûte.  Bon maintenant il n’y a plus qu’à dormir !f4947475ed04af3fee83986f96c67324.jpg

 

A suivre …

04:10 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Sénégal

dimanche, 06 janvier 2008

Voyage au Sénégal, XIII

Jeudi 20 décembre


podcast

28d7f5a581d73cdc75deb4d721e5d6fa.jpgLe bateau a repris sa route en direction de Saint-Louis. Bientôt nous arrivons au barrage de Diama, qui sert également de point de contrôle entre le Sénégal et la Mauritanie.ebe7297f2d4d8b3003480123dc553459.jpg

Le passage de l’écluse s’effectue assez rapidement, juste le temps de photographier ces groupes de personnes qui se rendent vers le Sénégal.

c1cf9dbb4db9b880011f78d57229baab.jpgCe barrage permet de filtrer l’eau saline qui remonte le fleuve et d’irriguer les champs de canne jusqu’à Podor.a149cc31a17e8b57833fbf09bc84ebd8.jpg

Sur la rive nord le paysage mauritanien annonce déjà le désert. On aperçoit des dunes de sable dans le lointain. Nous arrivons à Saint-Louis en fin de matinée.

3eef5045296c23716b645518cb856656.jpg

Une foule de petits marchands attend fébrilement notre débarquement le long du quai. Il faut savoir que chacun se prépare à fêter la Tabaski (fête du mouton). Ce jour-là, chaque Musulman pratiquant se doit d’acheter un mouton, l’égorger,  le manger en famille et en offrir à ses voisins.

Pas étonnant si dans les rues on peut voir, attachées devant les portes des maisons, des centaines de pauvres bêtes bêlant à tue-tête ( sans doute pressentent-elles ce qui les attend !).30c8f1b6aa7a8fcea4f7cbcf28ee4b34.jpg

 

Pour l’heure, Ansou nous propose une balade en calèche à travers la ville.

65ae2a6a62de50224806b9ab82f667f4.jpg

A la pointe nord de l'île, on aperçoit la langue de Barbarie, longue étendue de sable séparant le fleuve de la mer.d93ec69ba93fc5125ceb0c9f3fc389ae.jpg

Cette  étrange machine est une grue à vapeur, installée à saint-Louis afin de permettre de soulever de lourdes charges ( locomotives en particulier) à l'époque de la construction d'une voie ferrée. Elle est demeurée intacte, juste recouverte d'une bonne couche de rouille.

6e8b67cf2a8e660789354343206a2c3a.jpgUn peu plus loin, nous passons devant l'ancienne demeure du général Faidherbe.

En nous dirigeant vers le centre, nous empruntons le pont Malick-Gaye et nous bifurquons peu après sur la gauche : nous voici à Guet N'Dar, le quartier des pêcheurs, en pleine effervescence en cette veille de fête. 84f13fd161f33394c4ca3f4f3010f630.jpg

Ansou nous a une fois de plus prévenus : « Méfiez-vous, les gens n'aiment pas être photographiés.»

Bon, qu'à cela ne tienne,  on photographiera les poissons !14d33aa5dfbb50581901031b125e0438.jpg

4182a83129ca761ed415cffa2fde9f42.jpg 

L'odeur qui règne dans ce quartier est pestilentielle ( et le mot est assez faible). Mais nous sommes des gens polis et nous respirons à pleins poumons comme si de rien n'était. Et dans l'échelle des valeurs je ne sais trop si cette odeur est pire que celle respirée aux abords d'un Mac Donald. ( odeur fétide qui me fait tirer au cœur à chaque fois que je passe devant ces établissements). b743c25dfe55402dffc3fd72480804e0.jpg

 

Seuls, les deux petits Néerlandais qui nous accompagnent se cachent le nez dans leur pull. Ils font la curiosité des gamins du coin, pauvres petits mendiants débraillés, qui sont étonnés par la blondeur de leurs cheveux. 

866f495c6a0eedef9a6ea2be2b44cff2.jpgAprès avoir jeté un œil rapide sur les milliers de poissons en train de sécher en plein soleil, nous nous dirigeons vers la mer.cc8727adb7f67804f6cc1374628d13c8.jpg A cet instant précis, je repense au récit de Pierre Loti, découvrant la côte saint-louisienne :

 

« On aperçoit aussi ce que l'on n'avait pas vu du large : d'immenses fourmilières humaines sur le rivage, des milliers et des milliers de cases de chaume, des huttes liliputiennes aux toits pointus, où grouille une bizarre population nègre. Ce sont deux grandes villes yolofes : Guet-n'dar et N'dar-toute, qui séparent Saint-Louis de la mer.

Si l'on s'arrête dans ce pays, on voit bientôt arriver de longues pirogues à éperon, à museau de poisson, à tournure de requin, montées par des hommes noirs qui rament debout. Ces piroguiers sont de grands hercules maigres, admirables de formes et de muscles (...).

En passant les brisants, ils ont chaviré dix fois pour le moins.(...) La sueur et l'eau de mer ruissellent sur leur peau nue, pareille à de l'ébène verni.» ( Le roman d'un spahi).

 

Au fond, rien n'a beaucoup changé depuis l'époque de Loti. Et à cet instant précis, je suis envahie par une très forte émotion. Emotion face à la mer rugissante, bonheur de découvrir des paysages extraordinaires, je sais que cet instant très bref restera gravé pour très longtemps dans ma mémoire ! Je suis pleinement heureuse, je voudrais faire durer le plus longtemps possible ce moment. Hélas, nous sommes au terme du voyage, l'idée du retour vient casser la rêverie... Demain il va falloir rentrer, retrouver la grisaille, les gens indifférents et si égoïstes, ma vie monotone. Allez, je ferme les yeux, je respire à fond l'air chargé d'embruns... Encore quelques minutes de répit ! 

A suivre...

D'autres photos ICI.

d8998bb3d45486ed85a53fa64b31eaa7.jpg

05:20 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Sénégal

samedi, 05 janvier 2008

Voyage au Sénégal, XII

Mercredi 19 décembre

3b12fb8c51f9b8c77214cfbe4908dfc6.jpgMatinée libre à bord. Le bateau a jeté l’ancre dans les hautes herbes non loin du parc national du Djoudj , la troisième réserve ornithologique mondiale classée par l’UNESCO depuis 1971. La visite du parc est ouverte de novembre à mai et s’effectue à bord de longues pirogues qui permettent une approche assez silencieuse afin de mieux observer les oiseaux.64a8b50f80accda1f87f7bee444f6223.jpg

Je ne me faisais guère d’illusion pour les photos et je n’ai donc pas été déçue du résultat très médiocre obtenu. Il est très difficile de photographier des animaux à moins de se poster à un endroit et d’attendre, d’attendre… 

07a5c5047a338823dbee549ddb9ea3a4.jpg

3a40372395c13c309d583f80f6112972.jpg

 

 Ce ne pouvait pas être le cas ici.  ae4941119f665dee3c1e2abbeac974ea.jpgDonc je m’estime assez heureuse d’avoir quand même pu  prendre quelques groupes de pélicans sur leur nichoir, un crocodile en pleine sieste et un varan.

ea708592f4737a32792e9ae436e5ac3f.jpg 

J’ai loupé les phacochères.d27beefe328eeb89e3bebc1cf972714f.jpg

Le menu du soir , après le cocktail ( qui ce jour-là était une tequila sun-rise) :

Crevettes sautées, filets de poisson sauce au beurre, pommes vapeur, tarte aux pommes et la rituelle infusion à la citronnelle.

A suivre …

Pour voir d'autres photos du parc, cliquez ICI.

b7234063c3567ec57acc9e661716e029.jpg

vendredi, 04 janvier 2008

Voyage au Sénégal, XI


podcast

85e05224077ea38d2963e438b1186783.jpgAprès la visite dans le village Peul, nous revenons déjeuner à bord. Nous assistons à la tractation entre des pêcheurs qui viennent d’attraper un énorme « capitaine » et essaient de le vendre au cuisinier. Mais la transaction ne se fait pas . d2bcff84dd4e53ea3e935f128f3afc6d.jpg

Peu après une vedette vient chercher des touristes de passage sur le bateau. Ce sont deux couples que l’on qualifierait de « ringards », copie pâlote de riches américains en vadrouille !  Les deux femmes font penser aux actrices des années cinquante, tant pour l’âge que pour la mise ! Cela serait comique si ça ne puait pas l’argent à plein nez. M’enfin, chacun est libre. Et la vedette repart avec son chargement dans une immense gerbe d’eau… au risque de faire chavirer la barque des pêcheurs.

Après le déjeuner, nous embarquons sur la barge qui nous conduit à l’embarcadère du  « Gîte d’étape du fleuve». Nous y apercevons les couples du matin qui sont toujours à table sur la terrasse ombragée.

Ce gîte est particulièrement fréquenté par des chasseurs (de décembre à mars).  Je n’ai pas trouvé de site web. Dommage !

7a2a8d6c1ac820767a9abbe6cc80cf6f.jpgCe qui nous attend n’a rien de réjouissant –enfin pour moi : visite de l’usine de raffinage de la canne à sucre. Un ancien employé nous attend, il va nous servir de guide et nous expliquer les différentes étapes pour passer de la canne au sucre.d389303b2a9436088dde7ade632fa2b0.jpg

a7ed542a7679ead58e437001627471c6.jpg Je vous avouerai que j’ai zappé une partie de ses explications, j’ai cependant noté que cette usine fournit la totalité du sucre utilisé dans le pays. Elle fonctionne sans discontinuer et emploie un nombre considérable de personnes.cbe5ac506295dd8492467ebb4ef2935f.jpg

47f34dc1f2ac99a97e8704601477a9f0.jpg 

Bref, cela semble un modèle dont les Sénégalais sont extrêmement fiers. J’ai pensé à vous et je vous ai rapporté un carton d’emballage !62ced1a3918c916bd9187e62af1a9d72.jpg

Après la visite, il est prévu d’assister au brûlage d’une parcelle de canne. En effet, la coupe reste manuelle et le brûlage permet de neutraliser les éventuels dangers que représentent les serpents, les  phacochères et autres bestioles.

41e877da551b1aef37dd3f3f736c2e27.jpg

Nous sommes invités à grimper dans un bus qui va nous conduire sur la parcelle à brûler…Trois quarts d’heure plus tard, nous arrivons enfin sur les lieux ! La nuit commence déjà à tomber. Moi je pense surtout qu’il va falloir se farcir encore trois quarts d’heure de route pour le retour, sur un chemin  passablement défoncé, en évitant d’accrocher les convois de canne qui rapportent leur chargement à l’usine.25dc108d3bad254b87746c8456bd1dd3.jpg

La parcelle mise en feu s’étend sur cinq hectares. Il faut bien avouer que le spectacle est assez impressionnant !  

997c55608d0f8d694f0fa5196f41e772.jpg

06afa00c1b10f0241f24bf79a9f03d06.jpgRetour vers l’usine, un peu plus long encore car il fait nuit maintenant.3776afa18c9c7be0222ac5e237f78334.jpg

Le menu du soir va bien vite me faire oublier ces désagréments ( je parle pour moi car cette visite semble avoir fait l’unanimité , comme quoi les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas). Donc au menu :

Langouste grillée, poisson en papillotte avec purée de patate douce, glace. Et pour faire digérer, une infusion à la citronnelle ! Bonne nuit tout le monde, à demain.

A suivre ...

D'autres photos sur la raffienerie ICI.

12:20 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Sénégal, Richard Toll

mercredi, 02 janvier 2008

Voyage au Sénégal, X

cf0c84724a87dfef5ab96817e3732c1e.jpgEt si l’on parlait un peu du bateau ? Mon ami Gégé m’a fait remarquer – à juste titre d'ailleurs- qu’on ne le voit pas beaucoup sur les photos. Je rattrape donc cet oubli aujourd’hui :15bfceee888e261f1739ca0d0e0b62ab.jpg

Le «Bou-el-Mogdad » est un bateau construit en 1950 par les chantiers navals hollandais. Le nom donné au bateau est celui d’un explorateur et traducteur mauritano-sénégalais , Bou el Mogdad, qui, au XIXe siècle,  travailla pendant près de trois décennies avec les gouverneurs français Brière de l’Isle et Protêt. Il fut le premier Africain à être décoré de la Légion d’Honneur.

77376d71be87aa13da62eedb3165cecf.jpg

Dès 1951 le bateau assura le trafic des marchandises, du courrier et des passagers sur le fleuve entre Saint-Louis et Kayes, au Mali, pour le compte des Messageries du Sénégal.b0afa750942614550a80e8dde2d181f0.jpg05f12c8fa5044e6a572ca905d5162524.jpg

Dans les années soixante, la construction des routes reliant les villages lui fit perdre peu à peu de son importance et il fut bientôt relégué à quai. e0d670f70477b49af86ef1cc89cf0a13.jpgEn 1972 il est racheté par Georges Consol pour reprendre le transport de fret. Survint alors une période de famine et le propriétaire mit son bateau au service des organisations humanitaires pour la distribution alimentaire des villages.0e9a88a7012997e76ddf99dce2cd4a43.jpg

Ce n’est qu’en 1978 que le Bou devint un bateau de croisière. Mais la construction du barrage de Diama mit fin provisoirement à cette croisière. dbdfa943245e5b3b85c8983fd7fd720a.jpgac622f9dc00ce3dd533c925a06daeb97.jpg

Le bateau partit  alors en Casamance, au Sierra Leone, en Guinée-Bissau et dans le Siné Saloum.

Au cours de l’été 2005, le bateau changea de propriétaires.  703c73f71571cc8c5c83c5b91eb1c3c9.jpg

84446f9f48f0fe942801d60191b7c545.jpgEt c’est ainsi que, le 16 octobre 2005, le pont Faidherbe déploya son armature de fer pour accueillir de nouveau le Bou-el-Mogdad, à la plus grande joie des habitants !8da5e41af3a1ed503065011443c59c48.jpgPour ceux qui voudraient connaître les caractéristiques du bateau, il suffit de cliquer ICI.

2cb74db56007995882309c6d71f722dd.jpgÇa te va comme ça,Gégé, ou tu veux que j'en rajoute  ?

D’autres photos du Bou ICI4ac33bf278f3b1494dd75e4e4b9b113d.jpg.

A suivre …