Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 août 2011

167. Bilan d'une décennie -20-


podcast

Août 2003 :

Michel a pris quelques jours de vacances et nous allons dans le sud. Il a  un ami qui nous prête sa maison à Figanières, près de Draguignan. Nous effectuons le trajet en TGV et une fois sur place, nous louons une voiture. C’est la première fois que je vais en Provence et c’est une découverte. Nous arrivons le 4 août, il fait déjà très chaud ! La maison de son ami est tout en hauteur (quatre niveaux) avec une ou deux pièces à chaque étage. Figanières est un village de Provence, tel que je me les représentais, avec sa fontaine sur la place… Son ami est parti s’installer dans une bergerie qu’il possède dans l’arrière pays. C’est d’ailleurs là que nous dînons le soir :  la bergerie ne possède ni l’électricité ni l’eau courante. Heureusement qu’une source se trouve juste à proximité et qu’il a une réserve d’eau. Pour y accéder, il faut quitter la route goudronnée et s’enfoncer dans la pinède sur plusieurs kilomètres en empruntant un chemin de terre. L’endroit est à haut risque d’incendie ! À la nuit tombée, de la terrasse on peut apercevoir au loin les lumières de Cannes et des autres villes.  Néanmoins, ce n’est pas un endroit où j’aimerais habiter.

Mardi 5 août :

provence1.jpg

Nous allons à Grasse visiter le musée de la parfumerie, puis petit détour par Saint-Paul de Vence pour une visite de la fondation Maeght. Là, nous pouvons admirer – entre autres -de belles  sculptures signées Miro, Giacometti etc.

provence3.jpg

provence2.jpg

Nous rejoignons ensuite la côte à Cannes et nous dînons sur le port de Saint-Raphaël.

 

provence6.jpg

Mercredi 6 août : au programme, les gorges du Verdon puis Moustiers Sainte Marie. Le temps est de plus en plus chaud et un violent orage éclate au moment où nous arrivons au lac de Sainte Croix.

 

 

voyage,provence,prague

 

voyage,provence,prague

 Jeudi 7 août : balade à Fréjus et visite des arènes romaines. Il fait horriblement chaud et nous rentrons en début d’après-midi pour nous mettre à l’ombre !

Le soir, nous invitons l’ami de Michel et sa famille au restaurant.

Vendredi 8 août : départ de Draguignan à midi. Arrivés gare de Lyon, il ne nous reste plus qu’à traverser la Seine pour reprendre un train à Austerlitz. Et tout ça au pas de course car on a seulement une dizaine de minutes avant le départ du train !

Le train est bondé et la climatisation en panne. Les gens sont au bord de l’asphyxie. Michel descend à Orléans et je continue cet horrible voyage en train jusqu’à Tours où j’arrive vers 23h. Au-dehors, il fait une chaleur incroyable, on est largement au-dessus des 30°…

Ce n’est que quelques jours plus tard que les médias  parleront de la mortalité due à la canicule …

 Jeudi 14 août : me voici de nouveau à l’aéroport de Roissy. Je pars à la découverte de la ville de Prague, en république tchèque. Cette fois-ci, je me suis débrouillé toute seule pour organiser mon voyage. Via Internet, j’ai retenu une chambre dans une pension située non loin du centre, tout près du château. Ce que je ne savais pas, c’est que ça grimpe !  

Je reste à Prague jusqu’au 22 août, il y a tant de choses à voir et à faire dans cette ville magnifique, si riche historiquement et culturellement.  Je n’ai pas tenu de carnet de voyage car je quittais l’hôtel tôt le matin et ne rentrais que le soir, totalement exténuée par la marche à pied. Munie du guide du routard, j’arpente donc Prague en long et en large, m’accordant des pauses musicales dans les nombreuses églises.

prague2.jpg

prague3.jpg

prague5.jpg

Et puis je fais la connaissance de Vera ! Nous avions échangé quelques mails lorsque je cherchais une chambre à louer. Nous avions alors sympathisé et convenu de nous rencontrer durant mon séjour. Ce fut chose faite et elle m’invite à  déjeuner dans un bon restaurant (le restaurant Pivovar ?).

On ne peut évoquer Prague sans faire référence à l’écrivain Kafka, au peintre Alfons Mucha ou encore au musicien Antonin  Dvorak. Durant cette semaine praguoise je suis donc plongée dans un bain de culture et je n’ai vraiment pas le temps de m’ennuyer. Je m’inscris également à une excursion pour aller visiter la ville forteresse de Terezin (l’ancienne Theresienstadt) qui fut transformée en camp de concentration durant la seconde guerre mondiale. La visite débute par la forteresse puis se termine dans la ville. Il règne une ambiance étrange dans cette ville, on a l’impression que des fantômes la hantent. Je me sens soudainement très mal à l’aise.

Je reviens enchantée de ce périple dans la capitale tchèque. Finalement, une semaine ne fut pas de trop. Seul bémol : l’affluence considérable des touristes qui transforment  la traversée du pont Charles en un véritable parcours du combattant. 

prague1.jpg

 Le dernier week-end d’août, Linda –que j’ai connue durant mon séjour en Tunisie-  vient à la maison. Je l’emmène le lendemain à Chinon, puis au château du Rivau. Nous avons correspondu pendant près de trois ans, puis, peu à peu, les lettres se sont espacées. Lors des récents évènements en Tunisie, j’ai repensé à elle et en fouillant dans mon bric-à-brac, j’ai retrouvé son numéro de téléphone. Je l’ai aussitôt appelée pour avoir de ses nouvelles. Elle n’a toujours pas d’ordinateur et j’ai perdu l’habitude d’écrire, alors …

 Septembre 2003 : qu’y a-t-il de spécial tous les ans en septembre ? Les vendanges, oui, mais encore ?

Vous le saurez au prochain numéro !

08:46 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, provence, prague

mardi, 09 août 2011

166. Bilan d'une décennie -19-


podcast

Jeudi 17 avril 2003 : je me suis inscrite pour une excursion d’une journée. Nous partons tôt le matin pour Tunis. Le temps est malheureusement gris et il pleut un peu. Nous faisons un tour de ville en bus (dont je n’ai aucun souvenir), puis le guide nous emmène dans la Médina. Elle est vaste  et je suis surprise de voir qu’il y a un plan affiché à l’une des entrées.

Le chapelier :

tunisie6.jpg

Nous déjeunons dans le quartier de la Goulette puis en route pour Carthage et ses ruines. Les ruines étant disséminées ça et là, nous ne visitons qu’une petite partie du site, à savoir le tophet de Salammbô (cimetière où furent enterrés des enfants) et le parc des thermes d’Antonin. Ce parc jouxtant la demeure présidentielle, il nous est interdit de photographier !

La journée se termine par une promenade dans la très jolie petite ville de Sidi-Bou-Saïd où les maisons aux murs crêpis ont toutes – ou presque- des ouvertures peintes en bleu. Il paraît que le chanteur Patrick Bruel y possède une maison.

tunisie4.jpg

 

Vendredi 18 avril 2003 :

tunisie7.jpg

Excursion à Nabeul et Hammamet. Linda s’est inscrite également à cette sortie. Le soleil est revenu et ce fut une très agréable journée !

divers 236.jpg

Dans l’ensemble, ce voyage fut très agréable et je projette de faire le sud tunisien un jour ou l'autre.

Samedi 19 avril 2003 : c’est le jour du retour, lever à 4h du matin. J’ai réussi à caser le tapis dans ma valise, mais par contre je dois acheter un immense sac de sport pour mettre le reste des vêtements. Dans le coup, comme ça me fait deux bagages, Linda enregistre  la valise à son nom.

Nous arrivons à Orly vers 10h. Michel est venu me chercher et me raccompagne en voiture jusqu’à Tours.

 Mardi 29 avril : Peggy revient de la Martinique où elle était allée pour le mariage d’une amie.  Encore une chance qu’elle ait été prévenue de la cérémonie un an avant, cela lui a permis de trouver un vol relativement bon marché ! Vous imaginez si la copine s’était mariée en Australie ?

Et les vacances d’été arrivent bientôt…

 Vendredi 18 juillet 2003 : j’emmène Maria et Roseline passer une journée à La Rochelle. Roseline connait une situation financière catastrophique, suite à son récent divorce, et pour arranger les choses, sa voiture est bonne pour la casse. Avec une autre copine, on lui avance l’argent pour l’achat d’une voiture d’occasion, une petite Ford Fiesta qui a déjà un kilométrage important mais qui a toujours été bien entretenue. Je crois d’ailleurs qu’elle roule encore !

Vendredi 25 juillet 2003 : petite virée à Paris en compagnie de Michel. Au programme : visite de Montmartre, puis balade sur les quais de la Seine et l’exposition Lartigue à Beaubourg. Le lendemain, il pleut des cordes. Nous allons visiter le musée de l’Air au Bourget.

photo8.jpg

photo15 (2).jpg

Fin juillet, Michel m’emmène à Rochefort pour visiter la Corderie Royale et voir le chantier de la caravelle l’Hermione. Le soir nous dormons à Brouage. Étonnante cette petite ville de Brouage qui autrefois donnait directement sur la mer, alors qu’aujourd’hui elle se trouve en plein milieu des terres.

(Je suis retournée à Rochefort en 2007 pour voir où en était la construction de la caravelle. Sa mise à l’eau est prévue pour juin 2012).

 À suivre

 

lundi, 08 août 2011

165. Bilan d'une décennie -18-


podcast
Nous voici donc en 2003. Quelles surprises me réserve cette année ? Eh bien vous le saurez en lisant la suite !

Ça commence par des petites choses sans grand intérêt, des remarques sur le temps, des sorties au cinéma ou au restaurant.

 Février 2003 :

Durant les vacances d’hiver je vais à Orléans par le train. J’y retrouve Michel qui m’emmène ensuite visiter la cathédrale de Chartres. Puis le 21, nous allons passer deux jours ensemble à Paris. Durant ce bref séjour, nous visitons le musée de la Marine, puis la galerie de l’Évolution au jardin des Plantes.

La fin du mois est très ensoleillée, je note que le 25 Peggy et moi avons déjeuné en terrasse place Plumereau.

 Mars 2003 :

Pour mon anniversaire, en mars, Peggy m’emmène dîner à la Furjotière, place Foire-le-Roi. Nous sommes un peu déçues, trouvant la cuisine moins bonne que la fois précédente.

Je profite de l’arrivée du printemps pour commencer à aménager mon petit jardin. Les jardiniers sont venus semer le gazon et mettre en place les séparations entre les maisons.

Michel vient à la maison le week-end, soit par le train, soit en voiture.

Un jour que je vais le chercher à la gare en voiture, il coince son imper dans la portière. Impossible d’ouvrir la porte ! Il est alors obligé de quitter son imper, j’ouvre la capote et il sort par le toit. Finalement nous réussissons à extirper l’imper, mais à partir de ce jour, il devient impossible d’ouvrir la portière de l’intérieur.

C’est à la même période que je décide alors de vendre la voiture. Il y a deux raisons à cela : la première –la principale en fait- c’est qu’elle atteint bientôt les 100 000km et que je vais devoir engager des frais importants pour l’entretien. La seconde raison, c’est qu’à force de me dire que c’est un tape-cul, Michel a fini par  me convaincre. En fait, elle n’a rien d’un tape-cul, c’est seulement qu’il est un peu à l’étroit à l’intérieur. Est-ce ma faute s’il mesure près de 2m ? Hum ? 

Via Internet, je trouverai un acheteur courant juin. En remplacement, je m’achète une Ford-K d’occasion. Je dois avouer que ma jolie petite voiture me manque bien vite, surtout par beau temps. Fini le temps où les routiers me faisaient des appels de phares et klaxonnaient quand je les doublais ! Je rentre dans l’anonymat. Oh, pas pour bien longtemps, puisqu’en 2007 … Mais nous n’en sommes pas encore là !

 Avril 2003 :

Les vacances de Pâques arrivent et je pars … en Tunisie.

Samedi 12 avril : Peggy vient me chercher, nous déjeunons au buffet de la gare de Tours. Après le repas, elle me conduit jusqu’à la gare de Saint-Pierre-des-Corps. J’arrive à Paris vers 16h et je me rends directement à l’aéroport d’Orly. L’avion décolle à 19h.

Deux heures trente plus tard, l’avion atterrit à Monastir. J’ai choisi un séjour d’une semaine dans un hôtel situé entre Monastir et Sousse, l’hôtel Saadia. Le cadre est très agréable, la chambre spacieuse. Sur place, l’agence nous propose différentes excursions en options.

 Dimanche 13 avril :

Je vais me balader seule dans la ville de Monastir. C’est là que je découvre pour la première fois le marchandage et je me retrouve bientôt avec une paire de mules affreuses et qui puent le vieux mouton !

Le midi je m’installe à la terrasse d’un troquet  et je me régale avec des côtes de mouton grillées. C’est alors qu’un chat roux, attiré sans doute par l’odeur, s’approche de ma table. Il est dans un bien piteux état, ce pauvre chat –comme d’ailleurs la plupart des chats dans les pays chauds- et il me fait pitié. Aussi je lui tends un os. Mais je ne m’attendais pas à ce qu’il se précipite aussi vite et dans le coup, j’ai la main tout écorchée par des coups de griffes intempestifs. Pas de panique, je nettoie avec de l’eau et je me dis que, si dans les jours qui suivent, j’ai de la fièvre, il faudra que j’aille consulter un toubib. Mais par chance, il n’y eut pas d’infection !

L’après-midi je visite le ribat de Monastir. Ce fut la première construction arabe sur la côte (construit en 796). Du haut de la tour de guet, on a une très belle vue sur la mer.

 

tunisie2 (2).jpg


Lundi 14 avril : je prends un taxi et je vais à Sousse. Je flâne dans la médina le matin. J’ai alors le malheur de m’attarder à regarder quelques beaux tapis. Une paire d’heure plus tard, je ressors du magasin avec un paquet contenant un tapis de 2m/3. Le pire dans l’affaire, c’est qu’en sortant, je ne suis pas convaincue de mon choix! Effectivement, de retour à la maison, quand j’ai déballé le paquet, je n’étais pas spécialement enchantée de mon achat. Il est beau et de bonne qualité, ce tapis, mais je n’arrive toujours pas à m’en convaincre. Et surtout, j’aurais dû songer que Popy allait s’en donner à cœur-joie ! Ce qu’il ne manqua pas de faire avec ses griffes.

Le ribat de Sousse :

 

tunisie3.jpg

Mardi 15 avril : aujourd’hui je me suis inscrite à une excursion pour aller à Kairouan.

Kairouan fut fondée en 666. Ce fut d’abord un simple camp retranché, une étape de repos pour les soldats et leurs montures – Kairouan, Karwan signigie relais en arabe-. C’est la 4e ville sainte de l’Islam après La Mecque, Médine et Jérusalem.

Mosquée de Kairouan :

tunisie1.jpg

Après la visite de la mosquée, nous visitons le mausolée du Barbier.

De retour à l’hôtel vers 13h, je repars aussitôt me balader seule à Monastir. Voici le mausolée d’Habib Bourguiba.

tunisie5.jpg

Il fut édifié en 1963 et il est surmonté d’un dôme doré. Les deux batîments aux dômes verts renferment les sépultures des parents  et de l’épouse de l’ancien président tunisien (mort en 1987).

 

Mercredi 16 avril : à l’hôtel j’ai sympathisé avec une jeune femme, Lynda, d’origine kabylle, qui habite en région parisienne. Toutes les deux, nous allons visiter le musée de Sousse qui renferme une belle collection de mosaïques romaines.

 

À suivre

samedi, 06 août 2011

164. Bilan d'une décennie -17-


podcast

Jeudi 26 décembre 2002  : nous quittons la Cappadoce et prenons la direction de Denizli. En chemin, nous nous arrêtons visiter un très beau caravansérail. C’est là que je croise la petite marchande de chaussettes. Je lui achète la paire qu’elle tient dans la main droite. Elles m’ont fait de l’usage à la maison en hiver !

turquie13.jpg

Nous faisons halte également à Konya pour visiter le tekke (couvent) de Mevlana.

Mevlana est un poète mystique du XIIIe siècle. De culture perse, il succéda à son père comme grand théologien de Konya. C’est lui qui crée la secte des derviches. En 1924 cette secte fut interdite. Ce n’est qu’à partir de 1950 qu’une certaine tolérance s’est mise en place et il existe une dizaine de tekke en activité dans tout le pays.

Le tekke de Konya est transformé en musée d’art islamique. À l’intérieur on peut voir le tombeau des disciples et des membres de la famille de Mevlana.

Le soir nous dormons à Denizli (grand otel Keskin kaya 2). J’ai beau me creuser la cervelle, je n’en garde aucun souvenir précis.

 Vendredi 27 décembre 2002 :  

La neige a cessé de tomber, mais avec le froid tout est verglacé. Il nous faudrait presque des crampons sous les chaussures pour ne pas glisser.

turquie9.jpg

Nous quittons Denizli et dans la matinée et arrivons à Pamukkale (château de coton). Des sources chaudes dévalent de la montagne et recouvrent les pentes de sels calcaires. Juste à côté se trouve le site antique de Hierapolis, fondé vers 190 avant J.C. C’est une nécropole composée de centaines de tombes et des églises.

Nous reprenons la route et l’après-midi nous atteignons le site antique d’Éphèse, près de Selçuk. La ville d’Éphèse fut grecque, puis devint la capitale de la province romaine d’Asie. Elle comptait  200 000 habitants au Ier siècle avant J.C.

turquie10.jpg

turquie11.jpg

Les vestiges sont nombreux (des rues dallées, la bibliothèque de Celsius, le théâtre qui pouvait accueillir jusqu’à 25 000 personnes).  Une vaste allée menait jusqu’au port. Aujourd’hui la mer a reculé et se trouve à environ 7 km !

Bref, une visite passionnante sous un beau soleil hivernal.

 

 

voyage,turquie


Le soir nous sommes à Bursa.

 Samedi 28 décembre 2002 

turquie12.jpg

La journée commence par la visite du mausolée vert qui renferme la sépulture du sultan Mehmet 1er et des membres de sa famille.  Puis nous reprenons la route jusqu’à Yalova. Là, nous embarquons à bord d’un ferry qui va nous mener jusqu’à Istanbul, sur la rive asiatique. En regardant les photos prises à l’époque, je suis étonnée de voir que je n’ai pratiquement aucun cliché de cette traversée sur l’eau. C’est étonnant, que faisais-je donc à ce moment-là ? Aucun souvenir. Par contre, je me souviens très bien - alors qu’ayant repris le bus, nous roulions en direction du Bosphore-  avoir été impressionnée en voyant toutes les constructions d’immeubles de différentes couleurs qui semblaient surgir de terre comme des champignons et qui étaient collées les unes aux autres ! 

turquie5 (2).jpg

Et nous revoilà donc à Istanbul : déjeuner dans un restaurant sur le port, puis balade en bateau sur le Bosphore. Nous n’étions que deux à avoir pris cette option, mais cela valait la peine : sur les deux rives, on peut apercevoir de somptueux palais.

La dernière visite de ce voyage est consacrée à Sainte Sophie. Elle fut ordonnée par l’empereur romain Justinien et l’imposant édifice fut inauguré en 537. L’empereur voulait satisfaire le souhait de son épouse Théodora, une ancienne danseuse prostituée, et aussi pour rivaliser avec le temple de Jérusalem. Le 29 mai 1453, après la prise de Constantinople, le sultan Mehmet II transforma la basilique en mosquée qui servit de lieu de culte jusqu’en 1935.Par la suite, Atatürk transforma la mosquée en musée.

Pendant la journée, nous allons également dans un magasin de vêtements de cuir où nous assistons à un défilé de mode. Et là, bêtement, je me suis fait prendre au piège : avant même de réaliser ce qui m’arrivait, je me suis retrouvée sur la scène, vêtue d’un superbe manteau noir et rouge, en compagnie d’un beau Turc. Cela faisait trop d’émotions à la fois et j’ai acheté le manteau ! Remarquez, je ne regrette pas, c’est un très beau vêtement en cuir, avec une coupe parfaite. Seulement j’ai rarement l’occasion de le porter. En dix ans, j’ai dû le mettre deux fois.

turquie15.jpg

Il nous reste une nuit à passer à Istanbul, et nous avons quartier libre pour le soir. J’en profite pour aller me balader dans les rues proches de l’hôtel et faire quelques emplettes (raisins secs, loukoum etc.). C’est alors que je pense à ma fille et je lui envoie un texto :

— Que veux-tu que je te rapporte ?

Dix secondes plus tard, la réponse s’affiche sur mon portable :

— Des gants de toilette utilisés dans les hammams

— ?

— Mais si la Mutti, tu vas trouver, tu es cap’ !

Elle en a de bonnes, je vais trouver, c’est elle qui le dit. Cependant je cherche effectivement des gants de toilette. Alors je fais quelques supérettes, une ou deux pharmacies, mais en vain !

Cette recherche a bien duré deux heures, il est presque 21h et je suis toujours bredouille. Oh, et puis flûte alors, qu’est-ce qu’ils ont de particulier ces gants de toilette ?

Autour de moi, la foule se presse, compacte. Les voitures se livrent à un concert de klaxon et je risque d’être renversée par un chauffard à un passage piéton. Cela suffit, je rentre à l’hôtel ! 

 Dimanche 29 décembre 2002 :

C’est le retour en France. Étrangement je n’ai rien noté dans mon album si ce n’est l’heure d’arrivée à Paris : 11h.

J e me souviens aussi avoir fait toutes les boutiques de l’aéroport, avant l’embarquement, à la recherche de gants de toilette … Que ne ferait-on pas pour faire plaisir à sa progéniture !

J’en ai finalement trouvé, mais malheureusement ce n’était pas ce qu’elle voulait.

Michel est venu me chercher à Orly et nous rentrons à Tours en voiture.

Ce voyage m’a beaucoup plu –la Cappadoce sous la neige restera un souvenir inoubliable- mais il me laisse un goût d’inachevé. La visite d’Istanbul fut trop rapide. Aussi ce jour-là je me promets d’y revenir si l’occasion se présente. ( Ce que je fis en septembre 2009).

 À suivre ...   

 

08:32 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, turquie

vendredi, 05 août 2011

163. Bilan d'une décennie -16-

 

 podcast

Dimanche 22 décembre 2002 : il est environ midi. Roseline et Maria m’ont accompagnée à la gare de Saint-Pierre-des-Corps :

— Bon voyage ! Envoie-nous une carte et fais bien attention à toi !

— Ok les filles, à bientôt !

Arrivée à Montparnasse, direction Orly. L’avion décolle vers 16h30. Destination ?

La Turquie. Le dépliant indiquait : un voyage soutenu qui vous permettra de découvrir les principaux sites de la Turquie. Ah, pour ça, le rythme fut soutenu, je parlerai même d’un train d’enfer. Lever aux aurores, coucher à des heures tardives et des kilomètres en car avec des chauffeurs qui se prenaient pour Fangio !

Mais reprenons le récit depuis le début :

L’avion atterrit à Istanbul vers 20h. Je retrouve les autres membres du groupe. Nous sommes en tout  dix-sept personnes venant de tous horizons. Dans le car qui nous conduit à l’hôtel, le guide, un homme d’une cinquantaine d’années, commence à nous proposer des suppléments payants au voyage. La tension monte aussitôt d’un cran dans le bus. Quand il s’agit d’ouvrir son porte-monnaie, le touriste français est plutôt du genre pingre, avouons-le. Et puis, on vient juste de débarquer, il faut nous laisser le temps de souffler un peu ! Très mécontent de notre réaction, il remballe ses papiers.

 

Lundi 23 décembre 2002: découverte, au pas de course, des principaux monuments du quartier de Sultanhamet. Nous visitons également la citerne-basilique. Nous pénétrons ensuite dans le palais de Topkapi, qui fut la résidence des sultans jusqu’en 1839. Nous déjeunons à l’intérieur du site, au restaurant Konyali d’où l’on a une très belle vue sur le Bosphore.

turquie

L’après-midi, nous allons nous balader dans le grand bazar. Puis c’est le départ pour Ankara :454 km. Heureusement que la route est bonne ! Nous arrivons assez tard cependant dans la capitale turque. Il commence à neiger !

 

Mardi 24 décembre 2002: au petit matin nous découvrons qu’il a beaucoup neigé durant la nuit.  Notre visite d’Ankara commence par la citadelle. Les remparts furent édifiés pendant la période byzantine et à l’intérieur subsiste une petite ville close avec ses ruelles et ses vieilles maisons. Ce quartier a un charme fou.

turquie

Ensuite nous allons voir le mausolée d’Atatürk. Construit à partir de 1944, il fut achevé en 1953. On y accède par une allée triomphante décorée de lions. Le mausolée se présente sous la forme d’un temple entouré de portiques, avec, à l’avant un escalier monumental et un vaste parvis, le tout taillé dans une pierre de couleur ambre. C’est très imposant, mais le personnage l’était tout autant !  Rappelons en passant qu’il accorda le droit de vote aux femmes en 1934 alors qu’en France il a fallu attendre 1945.

turquie

Avant de quitter Ankara, nous visitons le très beau musée des civilisations anatoliennes.

— En voiture tout le monde !

Et c’est reparti. Cette fois-ci nous prenons la direction de la Cappadoce. Nous atteignons Ürgüp à la soirée. Nous sommes dans un hôtel de charme (hôtel Burcu Kaya) où certaines chambres sont taillées dans le roc. Au-dehors il fait de plus en plus froid et la neige s’est transformée en glace.

À peine le temps de se changer et nous voici partis réveillonner dans une grotte. Nous bénéficions d’un excellent repas accompagné d’un spectacle de qualité. Le retour fut plus laborieux pour certains qui avaient sans doute abusé du raki.

 

Mercredi 25 décembre : c’est Noël et nous allons nous balader dans différents petits villages de cette région. La Cappadoce est une région très particulière, faite de pitons rocheux qui ressemblent à des cheminées. On les surnomme d’ailleurs les cheminées de fée.

turquie

turquie

C’est une chance inouïe de découvrir ainsi la région sous la neige ! Cela donne un aspect lunaire très singulier. La journée se poursuit avec la visite des églises rupestres près de Göreme.

— Brrr, fait frisquet !

turquie

Ensuite le guide nous emmène dans un magasin de tapis. Enfin le soir, certains d’entre nous vont assister à un spectacle de véritables derviches tourneurs dans un ancien caravansérail. Il y fait un froid de canard, malgré les radiateurs électriques disposés ça et là dans la pièce. Heureusement, à la sortie on nous propose une boisson chaude. Elle est vraiment la bienvenue ! Quant au spectacle, il était tout à fait authentique.

turquie

 

À suivre

22:12 Publié dans Croque mots, Voyages | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : turquie